11/01/2011

La liberté religieuse : un droit primordial lésé ou nié dans de nombreux pays

pape liberte religieuse.JPGC’est l’un des rendez-vous les plus attendus de l’année. Le discours du Pape au corps diplomatique accrédité près le Saint-Siège, à l’occasion de l’échange des vœux, comme c’est la tradition en début d’année, est scruté à la loupe par les journalistes, les diplomates, les experts, car il permet de décrypter les priorités du Saint-Siège en matière de politique internationale. Cette année Benoît XVI n’avait choisi qu’un seul fil conducteur : la liberté religieuse, ouvertement violée ou sournoisement remise en question : au Moyen-Orient, au Pakistan, en Chine..... mais aussi en Occident, une région du monde que le Pape n’a pas manqué d’épingler.


Devant les représentants de près de 180 pays rassemblés ce lundi matin dans la Salle Royale, au premier étage du Palais apostolique, le Pape s’est dit accablé par les attentats antichrétiens en Irak et en Egypte ; il a demandé l’abrogation de la loi sur le blasphème au Pakistan. Mais il n’a pas épargné l’Occident, insistant notamment sur le droit à l’objection de conscience.


Le compte rendu de Xavier Sartre (Radio Vatican): >> RealAudioMP3 

Au Pakistan, plus de 20.000 personnes ont manifesté dimanche, à l’appel des partis fondamentalistes musulmans contre toute révision de la loi prévoyant la peine de mort en cas de blasphème contre l’Islam et en soutien à l’assassin du gouverneur du Pendjab. Figure libérale, ce dernier voulait amender cette loi. Le passage consacré à cette situation est l’un des plus explicites du discours prononcé par le Pape ce lundi matin. Ecoutez : >> RealAudioMP3 

Le Directeur du bureau de presse du Saint-Siège a souligné que ce discours explicite et courageux était une nouvelle démonstration de la place prioritaire occupée dans ce pontificat par la présence de Dieu dans la vie des hommes. Le Père Federico Lombardi a par ailleurs expliqué que le Pape faisait allusion à l’Espagne quand il a regretté que soit imposée dans des pays européens la participation à des cours d’éducation sexuelle ou civique véhiculant des conceptions de la personne et de la vie prétendument neutres, mais qui en réalité reflètent une anthropologie contraire à la foi et à la juste raison : >> RealAudioMP3 

Dans son discours, Benoît XVI a rendu hommage à Mère Teresa, dont on vient de célébrer le centenaire de la naissance. Des exemples comme le sien – a-t-il dit - montrent au monde combien l’engagement qui naît de la foi est bénéfique à toute la société : >> RealAudioMP3 

Mais il n’y a pas que des ombres au tableau : Benoît XVI a adressé "une parole d'encouragement" aux autorités cubaines pour que "le dialogue qui s'est heureusement instauré avec l'Eglise se renforce encore et s'élargisse". Il a relevé avec satisfaction que les Autorités vietnamiennes avaient accepté l’envoi d’un Représentant du Pape, qui visitera régulièrement la communauté catholique. 


Benoît XVI s’est par ailleurs réjoui de l’adoption par le Conseil de l’Europe, au mois d’octobre dernier, d’une Résolution qui protège le droit du personnel médical à l’objection de conscience face à certains actes qui lèsent gravement le droit à la vie, comme l’avortement. Et il a remercié les pays européens qui se sont associés au recours du Gouvernement italien dans la cause bien connue concernant l’exposition du crucifix dans les lieux publics.

Les commentaires sont fermés.