13/01/2011

Haïti, un an après le séisme

haiti un an apres le seisme.JPGEn Haïti, un an après le séisme, la population manque de tout et la situation ne cesse de se détériorer. Benoît XVI a envoyé un émissaire sur place. Le cardinal Robert Sarah, président du Conseil pontifical Cor Unum est chargé de transmettre aux Haïtiens un message du Pape et une aide financière pour reconstruire les écoles et les églises. Mais les besoins sont énormes. Le pays manque de médicaments pour enrayer l’épidémie de choléra, de denrées alimentaires, de logements et d’infrastructures. Le séisme a été meurtrier. Les deux tiers des hôpitaux ont été détruits. Le coût total de la catastrophe est estimé par l’Union européenne à près de 6 milliards d’euros.


Dans une interview au service d’information des évêques italiens, le nonce apostolique à Port-au-Prince déplore des lenteurs inexplicables, les tracasseries bureaucratiques et le manque d’honnêteté dans la gestion des biens publics. Même les décombres n’ont pas été entièrement déblayés. Plus d’un million de personnes dorment encore sous des tentes ou à la belle étoile. Les gens n’ont plus confiance ni dans les autorités et les institutions locales ni dans la communauté internationale.

Ce mercredi 12 janvier, le délégué du Pape, le cardinal Robert Sarah, a célébré une messe commémorative non loin de l’endroit où se trouvait la cathédrale de Port-au-Prince. 


À Rome, une messe pour les victimes sera célébrée par le Secrétaire d'État Tarcisio Bertone, à 16h30, en la Basilique Sainte-Marie-Majeure, en présence du corps diplomatique. Il s’agit d’une initiative de l’ambassadeur d’Haïti près le Saint-Siège, Carl-Henry Guiteau. Il nous explique le sens de ce geste: >> RealAudioMP3 

Des propos recueillis par Hélènes Destombes (Radio Vatican).

L’Église de France est représentée aux commémorations par une délégation présidée par Mgr Marc Stenger, évêque de Troyes et membre de la Commission pour la Mission universelle de l'Église. Ce mercredi, Mgr Stenger participera à la messe solennelle, présidée par le cardinal Sarah, en présence de représentants des diverses conférences épiscopales. Pendant ces quatre jours sur place, il prendra part aux réunions de travail du projet de reconstruction « PROCHE » (Partenariat pour la Reconstruction de l'Église en Haïti) et se rendra à la rencontre du peuple haïtien pour « faire mémoire avec lui et prendre la mesure des traumatismes qui demeurent un an après le séisme ». Des rencontres avec les Français engagés à divers titres dans l'Église locale sont aussi au programme.

Il y a quasiment un an jour pour jour Haïti était frappé par un terrible tremblement de terre qui détruisit une grande partie de la capitale Port-au-Prince. Les secours affluèrent du monde entier et notamment de France. Parmi celles et ceux qui ont apporté leur aide, le professeur Olivier Hamstrong, médecin au CHU de Nantes, dans l’ouest de la France. Il est parti il y a un an dans l’île des Caraïbes pour donner des cours de médecine et s’est transformé en secouriste après le séisme avec l’aide d’un ami médecin de l’ambassade de France. Il a sauvé plusieurs personnes des décombres. Près d’un an après, ce drame reste présent dans sa vie. C’est ce qu’il a confié à Antony Torzec (Radio Vatican) : >> RealAudioMP3 

Le professeur Hamstrong publie un ouvrage à compte d’auteur pour raconter le séisme d’Haïti. Les fonds recueillis seront reversés à l’association « aide et partage dans le monde ». 

La Caritas Suisse est également active sur place, et ce surtout dans les zones rurales, très touchées par le séisme. En octobre 2010, elle a terminé la phase de secours d’urgence et a commencé la reconstruction. Fabienne Weibel du programme Caritas Suisse en Haïti nous en parle : >> RealAudioMP3 

Des propos recueillis par Olivier Bonnel (Radio Vatican)


Et selon un rapport de l'UNICEF « Les enfants d’Haïti , un an après - Des secours à la reconstruction», publié un an après le séisme dévastateur du 12 janvier qui a bouleversé leur vie déjà fragile, les quatre millions d'enfants en Haïti continuent de souffrir d'inégalités en ce qui concerne l'accès aux services essentiels tels que les sources d'approvisionnement en eau, l'assainissement, les soins de santé, l'éducation, ainsi que la protection contre les maladies, l'exploitation et les mauvaises conditions d'hygiène. 


À l'heure actuelle, plus d'un million de personnes, dont environ 380 000 enfants, vivent toujours dans des camps surpeuplés. Les efforts déployés par les habitants d'Haïti et par la communauté internationale en matière de secours et de reconstruction ont été immense. Pourtant, le processus de reconstruction est long et les besoins restent énormes.

Jean-Jacques Simon, responsable de la communication au bureau de l’UNICEF en Haïti, fait le point sur la situation. Il est interrogé par Marie-Leïla Coussa (Radio Vatican) : >> RealAudioMP3 

Les commentaires sont fermés.