03/02/2011

Une société qui ne réussit pas à accepter les souffrants est une société inhumaine

journee du malade.JPGC’est par ses blessures que vous avez été guéris. La journée du malade sera célébrée comme chaque année le 11 février, fête de Notre Dame de Lourdes, une occasion propice pour réfléchir sur le de la souffrance et, surtout, pour sensibiliser davantage les communautés et la société civile à l'égard des malades. Le message de Benoît XVI, pour cette 19ème journée, a été présenté ce jeudi matin dans la salle de presse du Saint-Siège. 


La souffrance reste toujours lourde de , difficile à accepter et à porter – note le Pape dans son message. Souvent, la Passion, la Croix de Jésus, font peur parce qu'elles apparaissent comme étant la négation de la vie. En réalité, c'est exactement le contraire ! La Croix est le "Oui" de Dieu à l'homme, l'expression la plus haute et la plus intense de Son amour, et la source d'où jaillit la vie éternelle. Et c’est à travers les blessures du Christ, que nous pouvons voir, avec espoir, les maux qui affligent l'humanité. En ressuscitant, le Seigneur n'a pas enlevé au monde la souffrance et le mal, mais il les a vaincus à la racine. A la force du Mal, il a opposé la toute-puissance de son Amour.

Dans ce message, Benoît XVI s’adresse aux autorités pour les inviter à investir toujours davantage d’énergies dans des structures de santé aptes à aider et soutenir ceux qui souffrent, surtout les plus pauvres et les plus nécessiteux. Il s’adresse également aux jeunes, malades ou non, pour les inviter à créer des ponts d’amour et de solidarité afin que personne ne se sente seul mais proche de Dieu et faisant partie de la grande famille de Ses enfants. 

(Radio Vatican)

Lien vers le texte intégral du message

Les commentaires sont fermés.