19/03/2011

Tout ce que Dieu veut, c'est de nous bénir

2 careme A 1lec.jpgAujourd’hui Dieu nous ouvre tout grand la porte de son cœur. Il nous révèle son désir le plus cher, ce qui motive tout ce qu’il fait depuis le péché originel. L’appel d’Abraham, dont nous venons d’entendre le récit, marque une étape importante dans l’histoire du salut. C’est le début de l’Alliance de Dieu avec Israël, le peuple qu’il a choisi,  et dont est issu le Sauveur du monde, Jésus Christ. Avec l’appel d’Abraham, c’est une étape décisive du salut des pécheurs qui commence. C’est pourquoi il est tout à fait normal que Dieu nous explique ce qui le motive. Et c’est ce qu’il fait.


Il dit à Abram, qui s’appellera Abraham par la suite,  exactement pourquoi il lui demande de renoncer à sa situation confortable et de suivre cet appel. Il dit : « Je te bénirai … En toi seront bénies toutes les familles de la terre. » Bénédiction. Vie en abondance. Vie qui ait un sens. Epanouissement, bonheur profond et durable, sagesse, maturité, la joie d’une vie pleinement vécue, voilà ce que Dieu veut, pour chacun de nous, et pour toute la famille humaine. Voilà pourquoi il continue de prendre soin de ce monde qui l’a rejeté, et qui continue de le rejeter.


Dieu seul peut nous bénir, car lui seul peut enlever de notre vie et de notre monde les obstacles qui nous empêchent de mener la vie que nous sommes appelés à vivre : l’égoïsme, la convoitise, la paresse, la luxure, bref, le péché sous toutes ses formes.


Abraham a reçu la bénédiction de Dieu et il l’a transmis à son entourage et à ses descendants. Pourquoi ? Parce qu’il a obéi à l’appel de Dieu. Nous aussi, nous pouvons faire l’expérience d’une bénédiction divine plus abondante et la répandre sur ceux et celles que nous aimons, si nous faisons tout simplement ce que le Père demandait à Pierre, Jacques et Jean : « écouter le Christ ».


« Ecouter  le  Christ  et obéir à sa voix: telle est la voie maîtresse, l'unique, qui conduit à la plénitude de la joie et de l'amour.» (Benoît XVI, Angélus, 12 mars 2006).

 

Parce que nous vivons dans un mondé plongé dans le péché, nous sommes constamment tentés d’oublier cette vérité capitale. Nous devons faire un effort conscient et concerté pour nous en souvenir. Sinon, les épreuves de la vie risquent de nous épuiser...

 

Pour lire la suite de l'homélie, cliquer sur le logo Praedicatho :


logo Praedicatho 300pp.gif

18:13 Écrit par Père Walter dans Homélies 2010-2011 (année A) | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : evangile, bible, ecriture, homelie, liturgie, dimanche, careme, abraham | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook | | | | Pin it! |

Les commentaires sont fermés.