22/03/2011

Un cours pour mieux former les prêtres à la confession

Les confesseurs sont aujourd'hui confrontés à de nouveaux défis : fécondation in vitro, manipulations génétiques, tests scientifiques moralement discutables, atteintes à l’environnement, fraudes, corruption, évasion fiscale... figurent parmi les péchés du XXI° siècle soumis au jugement de l'Église ; de nouvelles formes de péchés auxquelles les prêtres ne sont pas toujours bien préparés. Si les confessionnaux sont aujourd’hui peu fréquentés par les fidèles, l’Église catholique attache une importance grandissante au sacrement de réconciliation.


C’est pour relever le défi que la Pénitencerie apostolique organise tous les ans un cours sur le for intérieur qui suscite toujours plus d’intérêt au sein du clergé. 700 prêtres se sont inscrits cette année. Ils sont réunis du 21 au 25 mars au Vatican. Des cas particulièrement complexes ou délicats sont analysés.

Dans le passé, les pénitents se confessaient pour un larcin, une infidélité ou un juron. Aujourd’hui la conscience du péché faiblit alors que des pratiques moralement illicites sont devenues courantes. D’où l’effort déployé par la Pénitencerie pour approfondir et valoriser le sacrement de la miséricorde en formant les jeunes prêtres et en les aidant à prendre davantage conscience de leur mission dans ce domaine.

(Radio Vatican)

Les commentaires sont fermés.