28/03/2011

Un représentant du Saint-Siège à la conférence de Londres sur la Libye

libia.JPGLe nonce apostolique à Londres, Mgr Antonio Mennini, assistera, en qualité d’Observateur, à la conférence internationale sur la Libye, qui se tiendra le mardi 29 mars, dans la capitale britannique. La conférence rassemblera les ministres des Affaires étrangères de plus de 35 pays, en présence du secrétaire général de l’ONU, Ban Ki-moon, du secrétaire général de l'Otan, Anders Fogh Rasmussen, et du président de l’Union africaine Jean Ping. Il s’agira de la première réunion du groupe de contact politique sur l'opération militaire en Libye. 


A noter que le ministre russe des Affaires étrangères a une nouvelle fois estimé, ce 28 mars, que le soutien militaire apporté de fait par la coalition occidentale aux insurgés libyens était une ingérence dans les affaires intérieures de la Libye tandis que le Premier ministre turc a offert sa médiation entre le colonel Kadhafi et la rébellion afin d’éviter que le pays ne se transforme en "un nouvel Irak ou Afghanistan". 
Mgr Mennini a été nommé en décembre dernier nonce apostolique en Grande Bretagne après avoir été en poste à Moscou. Il a passé 14 ans à la seconde section de la Secrétairerie d’État, qui s’occupe des rapports avec les États .



**********



Au lendemain des premiers bombardements de la coalition occidentale sur la Libye, Benoît XVI avait appelé les responsables politiques et militaires à se préoccuper avant tout de la sécurité des citoyens et à garantir l’accès aux secours humanitaires. A l’angélus du 27 mars, le Pape a souhaité un cessez-le-feu et invité à entamer immédiatement un dialogue, souhaitant que la diplomatie agisse avec tous les moyens dont elle dispose. Des propos salués par le vicaire apostolique de Tripoli, Mgr Martinelli.



Traduction non officielle de l'appel du Pape sur la Libye et le Moyent-Orient

"Au regard des nouvelles toujours plus dramatiques qui nous viennent de Libye, croît mon anxiété pour l'intégrité et la sûreté de la population civile et mon appréhension quant aux développements de la situation, marquée actuellement par l'usage des armes.


Dans les moments de tension majeure, se fait plus urgente l’exigence de recourir à tous les moyens dont dispose l’action diplomatique mais aussi de soutenir les plus faibles signes d’ouverture et de volonté de réconciliation entre tous les partis impliqués, dans la recherche de solution pacifique et durable.


Dans cette perspective, alors que j’élève ma prière vers le Seigneur pour un retour à la concorde en Libye et dans l’entière région nord africaine, je lance un appel, affligé, aux organismes internationaux et à tous ceux qui ont une responsabilité politique et militaire pour l’instauration immédiate d’un dialogue, qui suspende l’usage des armes.


Mes pensées se tournent enfin vers les autorités et les citoyens du Moyen-Orient, où ces jours derniers se sont déroulés différents épisodes de violence, Je souhaiterais que, là aussi, soit privilégiée la voie du dialogue et de la réconciliation à la recherche d’une cohabitation juste et fraternelle."

Les commentaires sont fermés.