05/04/2011

Le cardinal Sandri préoccupé pour les chrétiens du monde arabe

monde arabe.JPGLe monde arabe est en ébullition : de la Libye à la Syrie, de la Tunisie au Yémen, en passant par l’Egypte, la Jordanie, l’Algérie …. Les peuples arabes, notamment les jeunes générations, revendiquent la liberté et la démocratie, dénoncent le chômage et la corruption et renversent des régimes qui semblaient inébranlables. Pas un jour ne passe sans que la rue arabe ne fasse parler d’elle, la contestation prenant souvent une tournure violente.


Minoritaires dans chacun de ces pays, souvent discriminés parfois persécutés dans leur propre patrie, les chrétiens sont-ils fragilisés par la chute des pouvoirs autoritaires mais laïcs ? Sont-ils plus menacés que par le passé par le fondamentalisme musulman ? Actuellement, la prudence est de mise, d’autant que le sort de ces communautés est indissociable des conflits et des fractures qui déchirent la région. 


Au Vatican, à l’approche des fêtes de Pâques, le Préfet de la Congrégation pour les Églises orientales, ne cache pas sa préoccupation. Le cardinal Leonardo Sandri invite l’occident à une plus grande solidarité avec ces chrétiens en difficulté et insiste sur les valeurs de liberté et de dignité. Il est interrogé par Romilda Ferrauto (Radio Vatican) : >> RealAudioMP3 

L’Orient catholique s'était retrouvé la semaine dernière à Rome pour la troisième réunion du Conseil Spécial pour le Moyen-Orient. Six mois après le synode, qui avait été convoqué par le Pape pour mieux comprendre les défis et attentes des chrétiens de cette région du globe, la situation dans le monde arabe a sensiblement changé. Depuis plus de deux mois maintenant, un puissant « vent» révolutionnaire souffle. Des dictateurs sont tombés comme en Egypte ou en Tunisie, la guerre a éclaté en Libye. Et le Moyen-Orient est lui aussi touché par cette vague de volonté populaire de changement. C’est le cas notamment en Syrie ou dans la péninsule arabique.

Charles-François Brejon a rencontré plusieurs chefs religieux dans les locaux du Synode des Evêques à Rome, qui s’expriment sur la question. Ainsi Mgr Paul Matar, archevêque de Beyrouth des Maronites : >> RealAudioMP3 

Les événements dans les pays arabes sont porteurs d’espérance pour des populations entières, mais une peur réside : c’est celle du fondamentalisme musulman. Une préoccupation exprimée par l’ensemble des évêques moyen-orientaux. Écoutons Sa Béatitude Ignace Youssif III Younan, Patriarche d’Antioche des Syriens, résidant au Liban : >> RealAudioMP3 

Et c’est précisément une situation comme celle que vit l'Irak qui est redoutée. Car huit ans après la chute de Saddam Hussein, la situation du pays s’est considérablement dégradée, en particulier pour les chrétiens. On se souvient notamment de l’attentat à la cathédrale syro-catholique de Bagdad le 2 novembre dernier par Al-Qaïda. Les intégristes musulmans frappent fort et la situation ne s’améliore toujours pas. Le témoignage de Mgr Warduni, évêque titulaire d’Anbar et évêque de la Curie de Babylone des Chaldéens : >> RealAudioMP3 

Dans les révolutions qui touchent actuellement le monde arabe, comment ne pas parler de la Syrie ? Une situation à part, où l'Église locale ne cache pas son soutien au président Bachar el-Assad. Elle souhaite pourtant elle aussi du changement. Les explications avec Mgr Boutros Marayati, archevêque d’Alep des Arméniens : >> RealAudioMP3 

Les commentaires sont fermés.