23/04/2011

Les catastrophes ne sont jamais un châtiment de Dieu, mais un avertissement

cantalamessa vendredi saint.JPGEntouré des cardinaux Sandri et Burke, Benoît XVI a présidé l’office du Vendredi Saint dans la basilique Saint-Pierre, l’adoration de la Croix et les gestes traditionnels de pénitence. Une célébration marquée par un profond recueillement et des temps de silence. Comme chaque année, c’est le prédicateur de la Maison pontificale, qui a tenu l’homélie de cette célébration de la parole. Le Père Raniero Cantalamessa a cité de nombreux exemples de souffrance humaine, le récent séisme au Japon, les persécutions contre les chrétiens, et il a rappelé les réponses qu’apporte la foi chrétienne. Les séismes, les cyclones et autres catastrophes qui frappent les coupables comme les innocents, ne sont jamais un châtiment de Dieu – a-t-il souligné - mais ils peuvent constituer un avertissement : à ne pas nous bercer d’illusions en pensant que la science et la technique suffiront à nous sauver.


Le compte-rendu de Mathilde Auvillain (Radio Vatican) : >> RealAudioMP3 

Le prédicateur a également évoqué le succès inattendu en France du film Des hommes et des dieux. Le monde s’incline - a-t-il dit - devant les témoins modernes de la foi.


Écoutez le reportage de Charles-François Brejon (Radio Vatican) : >> RealAudioMP3 

 

Lien vers le texte intégral de l'homélie du Père Raniero Cantalamessa (traduction française)

Les commentaires sont fermés.