01/05/2011

Grande fête de la foi au Cirque Maxime

cirque maxime.JPGDes centaines de milliers de fidèles du monde entier ont afflué vers Rome, avec leur ferveur et leur enthousiasme, ils ont arpenté les rues de la ville éternelle, pavoisée de portraits géants de Jean Paul II et de drapeaux jaunes et blancs pour participer à cette béatification réclamée dès le jour des funérailles de Jean-Paul II. Les célébrations ont été inaugurées ce samedi soir au Cirque Maxime, au pied de la colline de l’Aventin, au cours d’une veillée de prière ponctuée de témoignages, en liaison avec cinq sanctuaires mariaux situés en Pologne, Tanzanie, Liban, Mexique, et Portugal. 


Charles Le Bourgeois (Radio Vatican) était sur place. Écoutez : >> RealAudioMP3 

Autre témoignage marquant de cette nuit de la foi : le cardinal Stanislas Dziwisz, actuel archevêque de Cracovie, ancien secrétaire privé de Jean-Paul Il a raconté que ce dernier regardait Rome avec enchantement des fenêtres du Palais apostolique et qu’il la bénissait le soir avant d’aller se coucher ; il a raconté qu’il aimait le silence, qu’il aimait sa liberté, qu’il était amoureux de Dieu, qu’il est mort comme un combattant épuisé. Je savais – a dit le cardinal Dziwisz - que c’était un saint.


Joaquim Navarro Valls ancien porte-parole du Pape, a raconté pour sa part que Jean-Paul II se confessait une fois par semaine. Il pensait que ce dont l’homme a le plus besoin c’est le pardon, la miséricorde de Dieu.


La veillée a été présidée par le cardinal Vicaire de Rome Agostino Vallini qui s’est fait l’interprète des sentiments de vénération, d’affection, d’admiration et de profonde reconnaissance des fidèles pour Jean-Paul II. Il a évoqué sa foi solide, libre, sans crainte ni compromis, cohérente jusqu’au dernier souffle, forgée par les épreuves et la maladie, une foi dont l’influence bénéfique s’est répandue sur toute l’Église et dans le monde entier. Le Christ était la raison d’être et le but de son action. 

Les commentaires sont fermés.