20/07/2011

Plaidoyer en faveur d'une éthique du journalisme

journalisme.JPGC’était l’événement de ce mardi 19 juillet la comparution de Rupert Murdoch et de son fils James devant la commission des médias du Parlement britannique pour s'expliquer sur l'affaire retentissante des écoutes téléphoniques qui ébranle le groupe, mais aussi Scotland Yard dont la réputation a été sérieusement entachée par ce scandale. Un scandale qui a relancé la question du respect des principes éthiques dans et par les médias. Au Vatican, l’Osservatore Romano a publié, il y a quelques jours, un plaidoyer en faveur d’un code conduite. 


Le quotidien du Vatican épingle le journalisme sans scrupules qui lèse l’opinion publique et l’industrie de la communication, la première en la privant de la vérité à laquelle elle a droit, la 2° parce qu’il porte atteinte au prestige et la crédibilité du journalisme, pourtant essentiels dans toute société se voulant libre et démocratique. Pour l’Osservatore romano, le scandale des écoutes téléphoniques confirme l’urgence pour les médias d’accorder une plus grande attention aux critères éthiques au lieu de suivre uniquement des stratégies économiques et politiques. La fin ne justifie pas les moyens ; cela s’applique à tous les domaines sans exception. Le droit à l’information doit tenir compte des autres droits humains et de la dignité des personnes. Dans une société où la communication est devenue complexe, omniprésente et décisive, un discernement s’impose pour une information de meilleure qualité en vue du bien commun. Les destinataires sont eux aussi appelés à faire preuve d’une plus grande maturité. Pour le quotidien du Vatican, c’est toute la société civile qui est appelée à retrouver une moralité authentique, qui doit se traduire par un code de conduite, indispensable pour une convivialité démocratique, saine et libre.

Écoutez Radio Vatican : >> RealAudioMP3 


Article précédent

Les têtes tombent en Grande-Bretagne dans le cadre du scandale des écoutes téléphoniques illégales de News of the World. Après la démission dimanche du chef de Scotland Yard, un de ses subordonnés a jeté l’éponge à son tour ce lundi à cause des liens jugés trop étroits entre la police londonienne et le tabloïd britannique. L’affaire prend une telle ampleur que certains au royaume n’hésitent pas à spéculer sur la chute du gouvernement conservateur. David Cameron a d'ailleurs dû écourter une visite en Afrique et devrait s'exprimer mercredi devant la chambre des Communes. Le premier ministre britannique est-il menacé ? L'éclairage de John Henley, journaliste au Guardian. Des propos recueillis par Olivier Bonnel (Radio Vatican) : >> RealAudioMP3 

Les commentaires sont fermés.