26/07/2011

Faut-il avoir peur du "terrorisme chrétien" ?

norvege.JPGLa Norvège est en deuil après la double attaque sanglante de vendredi dernier. Tout le pays s’est arrêté, ce lundi à la mi-journée, pour commémorer les victimes. Mais à la compassion se mêle l’incrédulité et l’incompréhension. Behring Breivik, 32 ans, qui a déclaré être l’auteur du carnage, a comparu à huis clos. La justice lui a refusé la publicité qu’il souhaitait. Juste avant la tuerie, il avait diffusé sur l'internet un manifeste de 1.500 pages, un texte délirant et contradictoire dans lequel il se présente comme un croisé engagé dans une lutte contre l'islam et le marxisme culturel et affiche sa farouche hostilité à l’immigration et au multiculturalisme. Il se décrit comme "conservateur", "chrétien". Faut-il pour autant craindre la naissance en Europe d’un terrorisme chrétien d’extrême-droite, xénophobe et violent, dans le sillage de certains courants fondamentalistes américains ? Les experts n’y croient pas trop même s’ils invitent à ne pas sous-estimer le rejet de l’islam et de l’immigration.


Ecoutez l’analyse du politologue Jean-Yves Camus, spécialiste de l'extrême droite et des questions d'identité. Il est interrogé par Benard Decottignies (Radio Vatican) : >> RealAudioMP3 

Sur les antennes de Radio Vatican, le porte-parole de la Conférence des évêques de Norvège a souligné qu’une personne qui commet de tel actes ne peut pas se dire chrétienne. L’extrémisme raciste est en nette contradiction avec la foi catholique. 


Dimanche à l’Angélus, Benoît XVI avait exprimé son angoisse et son trouble pour ces graves attentats. Le Pape avait lancé un appel pressant pour que soit définitivement abandonnée la logique de la haine et du mal. Le Saint-Siège a encouragé la Norvège à poursuivre son chemin en Europe selon les valeurs qui ont caractérisé son histoire. 


**********



Articles précédents sur ce même sujet


La Norvège est endeuillée. Une bombe a explosé, vendredi soir, près du siège du gouvernement norvégien dans le centre d’Oslo, puis une fusillade s’est produite peu après sur une île au large de la capitale, lors d’un meeting de jeunes du parti travailliste. Le bilan est très lourd : au moins 91 morts. L'auteur présumé des faits a été présenté par les enquêteurs comme un Norvégien "de souche", de 32 ans et jusqu'alors inconnu des services de police. Une grande partie de la famille royale norvégienne, le chef du gouvernement et des ministres ont rendu visite ce samedi aux rescapés de la fusillade qui a fait au moins 84 morts.

Le nonce apostolique en Norvège, Mgr Emil Paul Tscherrig, a fait part, sur nos ondes, de sa stupeur face à cette violence. Il a précisé aussi que ces actes relevaient de la folie humaine. >> RealAudioMP3 

Les réactions d’horreur et d’indignation sont très nombreuses : « La Norvège a connu un niveau de violence sans précédent et horrible contre des personnes innocentes", a ainsi déclaré le pasteur uthérien norvégien Olav Fykse Tveit, secrétaire général du Conseil œcuménique des Eglises. 

Le cardinal André Vingt-Trois, a envoyé un message de condoléance à l'évêque d'Oslo. "Bouleversé par l’annonce des attentats qui endeuillent votre pays, je veux simplement témoigner auprès de vous de la communion fraternelle des catholiques de France, dans cette épreuve", écrit archevêque de Paris. « Que Dieu inspire au cœur de l’homme des projets de paix ! » conclut Mgr Vingt-Trois. Une messe aura lieu dimanche soir dans la cathédrale Notre-Dame, en mémoire pour les victimes. 

Les commentaires sont fermés.