09/08/2011

JMJ 2011. Les jeunes européens entre dynamisme et colère

jmj 2011.JPGA une semaine de l’ouverture des Journées mondiales de la jeunesse, le 16 août à Madrid, l’attente devient fébrile et les préparatifs s’accélèrent. Les 68 diocèses espagnols sont mobilisés pour accueillir les jeunes ; 270 évêques du monde entier préparent les catéchèses qui seront données en une trentaine de langues. 


Le cardinal Rylko, président du Conseil pontifical pour les Laïcs annonce une fête de la jeunesse de l’Église, le témoignage d’une foi jeune, enthousiaste, dynamique et missionnaire, une Pentecôte, en quelque sorte. Or le monde d’aujourd’hui, et l’Europe en particulier, ont besoin d’un tel témoignage. Pour le cardinal Rylko, le monde postmoderne traverse une crise complexe et profonde ; le relativisme génère un vide de sens et de valeurs dangereux. Les êtres humains, les jeunes surtout, connaissent un sentiment de déracinement. En 25 ans, les JMJ ont prouvé qu’elles pouvaient être un instrument efficace d’évangélisation des jeunes. Mais le président du Conseil pour les Laïcs espère que ces JMJ favoriseront également le dialogue avec les non croyants, avec ceux qui hésitent ou qui doutent. 

La préparation de ce grand événement a permis à l’Eglise espagnole de redécouvrir ses grandes ressources spirituelles, notamment les ressources cachées de ses jeunes. 


Mais la colère des nouvelles générations qui se sentent exclues et qui cherchent leur place dans la société européenne, pourrait également se manifester la semaine prochaine à Madrid. Le mouvement très populaire des « indignés » espagnols, né au mois de mai pour dénoncer la crise, la corruption et l'incapacité des dirigeants politiques à en sortir, entend profiter de l’événement pour faire encore entendre sa voix auprès des pouvoir politiques et économiques, dans un pays soumis à une rigueur toujours plus sévère. Les JMJ représentent une tribune de choix et les indignés annoncent des manifestations pendant la visite de Benoît XVI qui attirera des milliers de journalistes, du 18 au 21 août à Madrid. Ils pensent organiser un chemin de croix de revendications et installer des espaces d’information sur le parcours des pèlerins. 

Les JMJ sont financées par les contributions des jeunes participants à hauteur de 80% et les 20% restants sont des dons et contributions de particuliers ou d'entreprises

Les commentaires sont fermés.