16/08/2011

Les JMJ en musique avec les Foyers de charité

jmj foyers.JPGLes pèlerins inondent les rues de la capitale espagnole. Madrid bruisse de ces centaines de milliers de jeunes répartis aux quatre coins de la ville. Certains sont arrivés au dernier moment, d’autres sont déjà en Espagne depuis plusieurs jour. Les Foyers de Charité, créés par Marthe Robin, mystique française du XXème siècle, ont réalisé un spectacle unique qu’ils vont donner mercredi soir dans l’église de Saint-Louis-des-Français de Madrid. Sandrine Kolhmann, habituée des animations musicales, et les Baladins de l’Évangile font partie de l'aventure. Après quelques répétitions en France, ils se sont tous retrouvés dans la paroisse française pour les derniers arrangements.


Un reportage de Xavier Sartre (Radio Vatican) : >> RealAudioMP3


La musique est une composante importante des célébrations liturgiques. Les plus grands compositeurs ont créé des œuvres pour des messes, des Te Deum ou des Requiem. Aujourd’hui encore, la musique est présente partout mais elle a évolué comme l’ensemble des arts. L'église est peut-être encore un des rares lieu où la musique est jouée de la même manière qu'il y a plusieurs siècles. Pour les jeunes catholiques occidentaux, élevés à la pop et au rock, et à tant d’autres styles musicaux, l’orgue, sans lui jeter l’anathème, est passé de mode. François, un saxophoniste ténor qui participe au spectacle des Foyers de Charité. aimerait actualiser la musique jouée lors des célébrations. Selon lui cela permettrait à l’Eglise de montrer un visage plus moderne et plus en phase avec les aspirations des jeunes croyants : >> RealAudioMP3

Entretien réalisé par Xavier Sartre

Commentaires

JMJ : RASSEMBLEMENT DE P'TITS CONS

Les centaines de milliers de jeunes catholiques rassemblés en Espagne pour acclamer leur vieux chnoque du Vatican qu'a même pas d'couilles, précisément en raison de leur jeunesse, sont nécessairement les victimes ridicules de leur juvénile exaltation, laquelle est plus proche de la légèreté et vacuité des ânons spécialement rassemblés en troupeau pour mieux braire en choeur que de la gravité des âmes réellement éveillées qui s'isolent dans le secret de leur chambre.

En plus il faut subir dans les trains, aéroports, rues et abords d'églises le folklore obligé accompagnant ce genre de manifestation, toujours le même : puérilités hystériques à base de guitares et de chants niaiseux. Une preuve de plus que la jeunesse n'a vraiment pas le sens de l'innovation !

Les jeunes ont toujours été profondément bêtes, sottement grégaires, mollement consensuels, d'une rare insipidité : la parfaite caricature des adultes.

(A leur âge je constituais bien entendu une glorieuse exception à la règle. Ce qui est tout à fait normal étant donné que, contrairement à la grande majorité de mes frères humains, j'ai toujours fait tourner ma cervelle à plein régime. Ceci était juste une parenthèse n'ayant rien de superflu.)

La piété mièvre et bon enfant de cette immense étable de tendres crétins (élevés au BAC au rabais) autour de leur rock-star en blanc décidément dépourvue de couilles fait déplaisir à voir. Leur immaturité bruyante est un hymne d'inanité dédié au grand clown blanc qui, loin de leur conseiller de fermer leur gueule une bonne fois pour toutes, au contraire les exhorte à s'égosiller à travers d'incessants "alléluia" et "amen" qui les rendront définitivement lobotomisés, aplatis du ciboulot, aussi vifs et dignes que des carpettes au service de Rome et ses dogues.

Pardon... de Rome et ses dogmes.

Ces jeunes "cathos branchés" qui chantent "Jésus-Cool" et prient "l'Esprit-Sympa" ne sont pas des âmes en éveil mais des ânes en vrai.

Raphaël Zacharie de IZARRA

Merci, cher Raphaël, d'avoir pris le temps de partager votre point de vue. Que le Seigneur vous bénisse !
Père Walter

Écrit par : Raphaël Zacharie de IZARRA | 16/08/2011

Les commentaires sont fermés.