29/10/2011

Pékin refoule des missionnaires

chine, pekin, rome, missionnaires, liberte, liberte d'opinion, liberte d'action, gianni criveller, italie, institut pontifical des missions etrangeres, hong kong, histoire, christianisme, beatification, matteo ricci, universite, missionline, saint-siege, excommunication, eveques, pape, benoit xvi, canonisation, guido maria conforti, evangelisationPas de dégel en vue entre Rome et Pékin. Entre juin et la mi-septembre, neuf missionnaires, presque tous étrangers, ont été empêchés de se rendre en Chine, un pays où, selon les commentateurs, les libertés, d’opinion et d’action, se réduisent jour après jour. Parmi les religieux concernés par cette mesure figure le Père Gianni Criveller, un missionnaire et universitaire italien, membre de l’Institut pontifical des missions étrangères, qui vit à Hong Kong depuis de nombreuses années, auteur de nombreux ouvrages sur l’histoire du christianisme en Chine, président de la commission historique pour la béatification du jésuite italien Matteo Ricci, apôtre de la Chine.


Il travaillait depuis un an à Pékin, auprès d’une prestigieuse université. Au mois de juillet de retour d’un voyage à Hong Kong, il a été bloqué à l’aéroport de Pékin et refoulé. Il figure désormais sur la liste noire de Pékin. Interrogé par MissiOnLine, le Père Criveller évoque une stratégie de représailles contre le Saint Siège qui a posé un geste fort en annonçant publiquement l’excommunication des évêques ordonnés sans l’approbation du Pape et donc de manière illégitime. Mais il précise qu’il ne s’agit que d’une hypothèse. Aucun fonctionnaire chinois ne lui a fourni d’explication. Une nouvelle source de tensions entre Rome et Pékin alors même que Benoît XVI vient de canoniser, le 23 octobre, le fondateur d’une congrégation missionnaire Guido Maria Conforti, qui s’est lui-même rendu en Chine pour y annoncer l’Evangile. 

Les commentaires sont fermés.