11/03/2012

Benoît XVI : "La violence ne sert jamais l'humanité, elle la déshumanise"

vatican printemps.JPGComme tous les dimanches, le Pape s'est adressé aux fidèles, touristes et curieux rassemblés sur une place Saint Pierre baignée de soleil en ces premières journées printanières à Rome. Benoît XVI a commenté l'Evangile de ce troisième dimanche de Carême, soit le passage relatant Jésus chassant les marchands du Temple. Le Pape s'est ainsi livré à un véritable plaidoyer contre la violence. 


Dans son commentaire, le Pape relève tout d'abord que ce geste de Jésus ne fut alors pas réprimé par les forces de l'ordre public, "parce qu'elle fut considérée comme une typique action prophétique : les prophètes, au nom de Dieu, dénonçaient souvent les abus et ils le faisaient parfois par des gestes symboliques". Ce geste fut également interprété en termes "politico révolutionnaires" explique le Pape, et Jésus fut parfois assimilé au mouvement des zélotes, "zélés pour la loi de Dieu et prêts à faire usage de la violence pour la faire respecter". Mais Jésus n'est pas "violent", il est "impossible" de l'interpréter comme tel a poursuivi Benoit XVI, car "la violence est contraire au Règne de Dieu, elle est un instrument de l'antichrist". "La violence ne sert jamais l'humanité, mais la déshumanise". Le zèle de Jésus est "le zèle de l'amour qui paye de sa personne, pas celui qui voudrait servir Dieu à travers la violence. De fait a poursuivi le Pape, "le signe que Jésus donnera comme preuve de son autorité sera sa mort et sa résurrection" 

Après avoir récité la prière de l'Angélus, Benoît XVI a lancé un appel en direction de Madagascar. "Mes pensées vont vers ces chères populations de Madagascar qui ont été touchées récemment par de violentes catastrophes naturelles, causant de graves dommages aux personnes, aux infrastructures et aux cultures. J'assure les victimes et les familles particulièrement éprouvées de ma prière, je souhaite et j'encourage le secours généreux de la communauté internationale".

Les commentaires sont fermés.