11/03/2012

Un nouveau jalon sur le chemin du rapprochement entre catholiques et anglicans

pape cantorbéry.JPGLe Pape et l’archevêque de Cantorbéry ont prié ensemble, ce samedi soir, sur l’une des collines de Rome, au cours d'une rencontre placée sous le signe de saint Grégoire le Grand. Ils ont tous deux souligné l’urgence de l’unité dans un monde fébrile et sécularisé qui a besoin du témoignage chrétien.


Benoît XVI et Rowan Williams se sont retrouvés d’abord au Vatican, en fin de matinée, pour un entretien privé, puis en début de soirée, ils ont présidé les Vêpres, ensemble, en la basilique Saint Grégoire à Rome. Un lieu cher aux anglais puisque le premier archevêque de Cantorbéry, Augustin, était un moine bénédictin issu de ce même monastère. Dans son homélie, Benoît XVI a relevé que cette église était le lieu de la naissance du lien entre le christianisme dans les terres britanniques et l’Eglise de Rome. 


La visite de Rowan Williams se situe dans le cadre des célébrations du millénaire de la fondation de l’ordre bénédictin des Camaldules qui a, aujourd’hui, la charge de la basilique Saint Grégoire. Mais au-delà de ce contexte historique, elle est un nouveau signe de l’embellie qui caractérise les relations entre les Eglises catholique et anglicane. 


Dans son homélie, Benoît XVI a souligné le caractère œcuménique de cette célébration en souhaitant qu’elle soit beaucoup plus qu’une simple rencontre fraternelle et qu’elle incite les catholiques et les anglicans à prier et à œuvrer pour l’unité. 


L’archevêque de Cantorbéry a relevé que les deux églises partagent déjà une certaine communion même si elle est imparfaite, instable et incomplète. Il a regretté que catholiques et anglicans ne soient pas encore pleinement libres de partager le pouvoir qu'a l’Evangile de transformer l’Eglise et le monde. Rendant un hommage appuyé à la discipline contemplative des Camaldules, il a invité ses auditeurs à mettre de côté leurs agendas surchargés pour permettre au Christ de vivre en eux, d’ouvrir leurs coeurs et de les rendre capables de servir.


Les chefs des deux Eglises ont voulu poser un geste symbolique en allumant ensemble une lampe votive dans la chapelle consacrée à Saint Grégoire.

Mathilde Auvillain (Radio Vatican) a recueilli la réaction de Mgr Pierre Whalon, évêque, pour l’Europe, des églises épiscopaliennes, la branche américaine de l’anglicanisme. Il est venu lui aussi à Rome pour participer à cet événement: >> RealAudioMP3 

Les commentaires sont fermés.