20/03/2012

AFRIQUE - Des milliers d’enfants et de jeunes continuent à mourir suite à une « maladie mystérieuse »

nod syndrome.jpgKampala (Agence Fides) – Une maladie mystérieuse fait actuellement de nombreuses victimes parmi les enfants du nord de l’Ouganda, du Soudan du Sud et de Tanzanie. Il s’agit d’une pandémie mortelle non encore identifiée et enregistrée pour la première fois en 2003 : le syndrome de Nod. Jusqu’ici, les experts ne sont pas parvenus ni à soigner ni à contenir cette maladie. Elle frappe exclusivement les enfants de 5 à 15 ans provoquant des spasmes incontrôlables qui les consument et en causent la mort.


Les convulsions dont les victimes sont frappées sont tellement fortes qu’elles provoquent des évanouissements, les exposant par suite à divers incidents, tels que des brûlures ou des noyades, qui se révèlent être les causes principales de décès. Actuellement, bien que les données recueillies par les Centre de contrôle et de prévention des maladies (CDC) d’Atlanta (Etats-Unis) fassent état de 194 cas, les enfants et les jeunes souffrant de ce syndrome sont en réalité des milliers. Initialement, le CDC pensait qu’il pouvait s’agir d’une sorte d’hystérie collective. Peu après, sur la base des scanners cérébraux réalisés sur les patients, on a constaté qu’il s’agit d’une maladie qui cause une forte atrophie cérébrale. Le nombre des cas augmente et un médecin américain qui a pris part en Asie à la campagne mondiale contre la grippe aviaire est désormais engagé avec les autorités ougandaises dans la lutte contre ce syndrome. Il a affirmé que le syndrome de Nod est la première de six maladies mystérieuses que le CDC étudie actuellement. A la différence de la grippe aviaire, cette pandémie ne présente pas d’indices de contagion de personne à personne et elle ne constitue donc pas une menace pour la population. (AP) (Agence Fides 20/03/2012)

Les commentaires sont fermés.