27/03/2012

Benoît XVI entame sa visite à Cuba

pape.raulcastro.jpegLe Boeing 777 de Benoît XVI a atterri à l’aéroport international de Santiago de Cuba, dans le sud de l’île ce lundi en début d’après-midi, heure locale. Le Pape entame ainsi la seconde étape de son 23e voyage apostolique. Il avait quitté en début de mâtinée, heure locale, Guanajuato, dans le centre du Mexique après avoir passé deux jours pleins dans le pays. 

Benoît XVI a été accueilli à sa descente d’avion par le président cubain Raul Castro et l’archevêque de Santiago de Cuba, Mgr García Ibáñez. Il a reçu une gerbe de fleurs aux couleurs du Vatican des mains d’enfants. Présent lors de la cérémonie d’accueil, les évêques cubains et un groupe de fidèles. Des coups de canon ont retenti pour saluer l’arrivée du Pape pendant qu’une fanfare jouait les hymnes du Vatican et de Cuba. 


Dans son discours d’arrivée, Benoît XVI a manifesté sa proximité avec tous les Cubains, affirmant que l’île regardait « déjà vers demain ». L’Église catholique, grâce à l’action de Jean-Paul II, travaille « inlassablement pour mieux servir tous les Cubains ». L’heure du changement est arrivé pour Cuba, et le Pape le souligne, l’Église entend prendre ses responsabilités.

Xavier Sartre (Radio Vatican) : >> RealAudioMP3 

Des progrès ont été réalisés. Benoît XVI rappelle combien Jean-Paul II a laissé « une empreinte indélébile dans l’âme des Cubains ». Il a porté une « brise suave d’air frais qui a donné une nouvelle vigueur à l’Église à Cuba », mais attention, remarque le Pape, il demeure de « nombreux aspects dans lesquels on peut et on doit avancer » comme « l’apport imprescriptible que la religion est appelée à développer dans le domaine public de la société ». 

Comme le rappelle la dévotion à la Vierge de la Charité del Cobre dont on célèbre cette année le 400e anniversaire de la découverte de l’image, Cuba possède « de profondes racines chrétiennes qui façonnent l’identité la plus profonde de l’âme cubaine. » Benoît XVI le rappelle : il vient à Cuba en tant que « pèlerin de la charité », pour « remercier la Vierge de sa protection pour tous ses enfants cubains et pour lui demander son intercession afin qu’elle guide le destin de cette nation aimée sur les chemins de la justice, de la paix, de la liberté et de la réconciliation ». 

Benoît XVI précise aussi qu’il « porte dans son cœur les justes aspirations et les désirs légitimes de tous les Cubains, leurs souffrances et leurs joies, leurs préoccupations et leurs souhaits les plus nobles ». « Cuba regarde déjà vers demain » affirme le Pape et l’Église doit prendre toute sa part, car le monde, et non seulement Cuba, à cause de la crise économique qu’il traverse, a besoin « d’hommes droits, de fermes convictions, des valeurs de fond morales et élevées qui ne soient pas manipulables par des intérêts étroits et qui répondent à la nature immuable et transcendante de l’être humain ». 

Benoît XVI précise donc dès son arrivée sur le sol cubain qu’il est là pour rappeler la disponibilité de l’Église pour servir tous les Cubains, principalement les enfants et les personnes âgées, mais aussi les malades, les prisonniers et leur famille, ainsi que les pauvres et les nécessiteux, dans un contexte de changements qui apparaît inéluctable.



Dans son discours de bienvenu, le président cubain a exprimé « l’affection et le respect » avec lequel Cuba accueille le Pape. Raul Castro a souligné les « rapports étroits » entre le Saint-Siège et La Havane, soulignant la « satisfaction » du gouvernement cubain concernant les relations qui se sont tissées durant ces soixante-dix dernières années. Raul Castro a en outre rappelé également que la constitution cubaine reconnaît la « pleine liberté religieuse ». 


Le président cubain n’a pas manqué l’occasion de cette tribune pour critiquer la politique des Etats-Unis envers l’île et son embargo en vigueur depuis plus de cinquante ans. Raul Castro a ainsi assuré que Cuba avait changé ce qui « devait être changé sur la base des aspirations du peuple » qui a participé « librement aux décisions transcendantales de la société ». (avec Ansa)

Les commentaires sont fermés.