30/03/2012

Un nouveau document de Justice et Paix sur la vocation du dirigeant d'entreprise

Peter Turkson.JPGLe cardinal Peter Turkson, président du Conseil Pontifical Justice et Paix, est intervenu ce vendredi 30 mars à l'ouverture des 29ème Assises Nationales des Entrepreneurs et Dirigeants Chrétiens (UNIAPAC) à Lyon, en France et a présenté un nouveau document « La Vocation du dirigeant d’entreprise : une réflexion ».

Devant 2000 entrepreneurs chrétiens, le cardinal Turkson a souligné un mal commun à beaucoup d’entre eux : la tendance à dissocier la foi de son travail. De là, naît ce mal moderne qu’est une vie divisée. Rappelant combien l’Église voudrait en cela aider les hommes d’affaires à vivre leur vie professionnelle d’une façon plus unifiée et féconde en vue du Bien Commun, le Cardinal a évoqué la Doctrine Sociale de l’Église et le désir de sa mise en acte.


La genèse de ce nouveau document, d’une trentaine de page, a eu lieu lors du séminaire international de chefs d’entreprise et d’universitaires à Rome les 24, 25 et 26 février 2011, qui avait pour thème « Caritas in Veritate: la logique du don et l’éthique des affaires ». Suites à des échanges animés, les participants avaient convenu d’écrire un manuel à l’usage des hommes et des femmes d’affaires, ainsi que des formateurs du monde du business pour aborder le rôle important de la vocation pour le chef d'entreprise dans l'économie mondiale d'aujourd'hui et la contribution des principes sociaux de l'Église pour la société moderne.

À Lyon, le cardinal Turkson a expliqué que « la Vocation du dirigeant d’entreprise a atteint son objectif qui est d’être un guide utile pour les hommes et les femmes d'affaires qui cherchent à grandir dans la vertu de charité selon leur vocation ». Le Nouveau document du Conseil Justice et Paix s'articule autour de trois axes majeurs qui caractérisent le processus de discernement: voir, juger et agir.


Le VOIR se concentre sur la façon dont on interprète les "signes des temps" avec une attention particulière à l'évolution et la transformation dues à la mondialisation, aux technologies de communication, à la financiarisation et aux changements culturels.

Le JUGER permet de « composer avec ce monde plutôt complexe des affaires » et à préparer « les chefs d’entreprise à faire preuve d’un bon discernement ». « A titre "phares", deux principes fondamentaux de la Doctrine Sociale de l'Église sont donnés : la dignité humaine et le bien commun. » Le document présente également six principes sociaux concrets et leur relation pratique au monde des affaires.

L’AGIR invite enfin le dirigeant d’entreprise à l'action, à l'intégration des principes mentionnés ci-dessus dans son travail-vie ordinaire.

Les commentaires sont fermés.