08/04/2012

Pâques et saint Gauthier

walter.pontoise.jpeg

Si je vous dis que c'est aujourd'hui la fête de Pâques, je ne vous apprends probablement rien de neuf. Lachen

Mais permettez-moi de partager avec vous que Pâques pour moi cette année, c'est un peu spécial. C'est qu'elle tombe le jour de ma fête patronale.

En effet, le 8 avril c'est la fête de saint Gauthier, et, là encore, je vous apprends peut-être quelque chose, Gauthier est la forme française de ... Walter ! Onschuldig

Alors, si vous n'avez pas trop fêté, vous pourriez peut-être faire votre B.A. pascale et me laisser en commentaire un petit coucou de bonne fête. Mais avant cela, lisez la suite...


Saint Gauthier de Pontoise (parfois aussi : Gautier, Gaultier, Gaucher) (né à Andainville , France, vers 1030, mort en 1099 à Pontoise, France) est un religieux du xie siècle.

D'abord professeur de philosophie et de rhétorique, il entra chez les Bénédictins à Rebais (diocèse de Meaux). Selon la tradition, il n'était encore que novice lorsque, pris de pitié pour un frère qui avait été mis au cachot dans le monastère, il l'aida à s'enfuir.

Philippe Ier en fit l'abbé de la fondation Saint Martin qu'il venait de créer à Pontoise, malgré ses protestations. Cette fondation était d’ailleurs à ce moment consacrée àGermain de Paris. La discipline y était fort relâchée, car Gauthier ne manquait pas une occasion de s’éloigner de l'abbaye, pour se dérober à ses responsibilités.

Il finit par démissionner de sa charge de Pontoise pour rejoindre le réformateur Hugues à Cluny mais, bientôt rattrapé, et il fut contraint de rejoindre Pontoise. Il serait parvenu à s’échapper une fois encore, gagnant la Touraine où il trouva refuge sur une île de la Loire, mais fut repris de nouveau ; il s’évada encore d’un oratoire consacré à Côme et Damien près de Tours mais fut reconnu par un pélerin.

Alors Gauthier décida de partir pour Rome et d’en appeler directement au pape Grégoire VII, à qui il remit sa démission écrite, mais le souverain pontife lui enjoignit de respecter ses premiers vœux, de reprendre ses fonctions à Pontoise et de ne plus jamais y manquer.

De retour, il n’eut de cesse de dénoncer les abus et la corruption de mœurs de ses frères bénédictins. Battu et jeté au cachot, il reprit ses harangues dès qu’on le relaxa. En 1094, il fonda un couvent de femmes à Berteaucourt-les-Dames près d’Amiens, avec l'aide de deux fidèles, les dames Godelinde et Elvige. Mais la propriétaire des terrains, qui l'avait autorisé à s'installer à cet endroit, s’inquiéta pour ses récoltes qui risquaient d’être piétinées par la foule, et lui demanda de partir. Gauthier retourna donc au monastère de Pontoise où il mourut le 8 avril 1099. Cette année-là, c'était un Vendredi Saint.

 

Gauthier.Pontoise.Notre-Dame.jpeg

Tombeau de Saint Gauthier dans Notre-Dame de Pontoise


Gauthier fut inhumé dans l’abbaye Saint-Martin de Pontoise. En 1153, il fut canonisé par l’Archevêque de Rouen Hugues de Boves : c'est d'ailleurs le dernier saint qui, en Europe de l'Ouest, fut canonisé par une autorité subalterne.

« Le dernier cas de canonisation par un évêque métropolite serait celui de St Gaultier, ou Gaucher, abbé de Pontoise, par l'Archevêque de Rouen, en 1153. Un bref d'Alexandre III de 1170 en limita dorénavant la prérogative au pape, pour ce qui concernait l'Église d'Occident. »

Au cours de la Révolution française, ses reliques furent translatées par précaution au cimetière de Pontoise, puis l'emplacement exact en fut perdu. Le lycée Saint-Martin de Pontoise, institution privée, conserve le nom de la fondation royale de Philippe Ier, dont elle occupe toujours une partie des terrains.

Comme vous pouvez le constater, saint Walter-Gauthier est un saint pas banal du tout. Mais n'y a-t-il pas beaucoup de demeures dans la Maison du Père?

Et maintenant, à vos coms !

 

03:11 Écrit par Père Walter dans Actualité | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : saints, paques, gauthier, walter, pontoise, histoire, saint patron | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook | | | | Pin it! |

Les commentaires sont fermés.