14/04/2012

Double anniversaire de Benoît XVI en vue

pape, benoit xvi, castelgandolfo, rome, georg ratzinger, chapelle pauline, eveques, allemagne, baviere, salle clementine, anniversaire, musique, gewandhaus, leipzig, salle paul vi, federico lombardi, bureau de presse, saint-siege, radio vatican, joseph ratzinger, theologiens, voyages apostoliques, journees mondiales de la jeunesse, encycliques, magistere, annee paulinienne, annee sacerdotale, abus sexuels, enseignement, jesus, christ, dieu, verite, relativismeBenoît XVI est rentré vendredi soir au Vatican après avoir pris quelques jours de repos dans sa résidence de Castelgandolfo, à une trentaine de kilomètres de Rome. Il a été accueilli par son frère, Mgr Georg Ratzinger qui participera lundi aux festivités prévues pour les 85 ans du Pape. Le 16 avril, jour de son anniversaire, Benoît XVI célébrera une messe dans la chapelle Pauline en présence d’un groupe d’évêques allemands et d’amis bavarois. La délégation bavaroise sera reçue officiellement à midi dans la salle Clémentine. Le jeudi 19 avril, le Pape fêtera le 7° anniversaire de son élection. Le vendredi 20 un concert sera donné en son honneur par l’orchestre Gewandhaus de Leipzig, dans la salle Paul VI. Benoît XVI a déjà reçu de nombreux messages de vœux provenant du monde entier. 


Dans son éditorial hebdomadaire, le père Federico Lombardi, directeur du Bureau de presse du Saint-Siège et de Radio Vatican, évoque les interrogations suscitées par l’élection de Joseph Ratzinger, il y a sept ans. On se demandait si ce pontificat serait long et durable, si un théologien ayant présidé pendant des années un dicastère doctrinal saurait assumer le gouvernement pastoral de l’Eglise universelle. 


En sept ans, Benoît XVI a accompli 23 voyages à l’étranger et 26 déplacements en Italie ; il a présidé quatre synodes des évêques et trois Journées mondiales de la Jeunesse ; il a publié trois encycliques, et posé de nombreux Actes du magistère ; il nous a fait vivre une Année paulinienne et une Année sacerdotale ; il a affronté avec courage, humilité et détermination, c’est-à-dire avec un esprit évangélique, des situations difficiles comme la crise des abus sexuels. Par la cohérence et la constance de son enseignement, il montre que la priorité de son service est de guider les hommes vers Dieu, le Dieu de Jésus Christ ; que foi et raison contribuent toutes deux à la recherche de la vérité pour répondre aux attentes de l’humanité ; que l’oubli de Dieu et le relativisme sont les dangers les plus menaçants de notre temps. 


Nous lui sommes reconnaissants – écrit le père Lombardi – et nous poursuivons avec lui le chemin vers la Rencontre mondiale des familles, au mois de juin à Milan, vers le Moyen Orient, en septembre au Liban, vers le Synode sur la nouvelle évangélisation et vers l’Année de la foi. 

Les commentaires sont fermés.