18/04/2012

Mali - réunion des Evêques à Bamako, préoccupés pour les chrétiens se trouvant dans le nord du pays

mali, cheick modibo diarra, astrophysicien, nasa, premier minsitre, dioncounda traore, elcetions presidentielles, edmond dembele, conference epriscopale, crise, rebellion, nord, politique, militaire, combats, mauritanie, bamako, mnla, mouvement national de liberation de l'azawas, ilsamistes, dialogue, musulmans, nonce, eveques, humanitaire, violence, gao, chariaBamako (Agence Fides) – Cheick Modibo Diarra (photo), astrophysicien ayant travaillé pour la NASA est le Premier Ministre de transition du Mali. Diarra a été nommé hier, 17 avril, par le Président ad interim, Dioncounda Traoré. « Diarra avait fondé un parti dans le but de participer aux élections présidentielles qui devaient se tenir fin avril » explique à l’Agence Fides le Père Edmond Dembele, Secrétaire de la Conférence épiscopale du Mali. « Sa nomination fait faire un pas en avant au processus de transition visant à faire sortir le Mali de la crise provoquée par la rébellion au nord et par le coup d’Etat militaire du 22 mars ».


Au plan politique et militaire, le Père Dembele indique à Fides que « pour le moment, on enregistre une pause dans les combats dans le nord alors qu’en Mauritanie les colloques entre les représentants de Bamako et ceux du MNLA (Mouvement national de Libération de l’Azawad qui a proclamé l’indépendance du nord du pays NDR) se poursuivent. Les rebelles islamistes ont eux aussi manifesté leur disponibilité au dialogue mais seulement avec ces représentants musulmans ».


La Conférence épiscopale du Mali s’est réunie à Bamako afin de discuter de la situation du pays. « Au terme de la réunion, à laquelle participe également le Nonce apostolique, un message sera diffusé, message dans lequel les Evêques expriment leur évaluation des derniers événements » annonce le Père Dembele. « Ce que je peux dire – poursuit-il – c’est que la situation préoccupe beaucoup les Evêques tant en ce qui concerne l’urgence humanitaire que du fait des violences qui ont lourdement touché les chrétiens habitant le nord du pays, les violences en question ayant comporté la destruction des biens de la communauté catholique. L’église de Gao n’a pas été entièrement détruite mais elle a été gravement saccagée. En outre, le renforcement des islamistes et leur volonté d’imposer la charia à tout le pays préoccupent grandement. Les Evêques apprécient cependant le début de la phase de résolution de la crise au travers de la nomination du Président ad interim et du Premier Ministre de transition ».


En ce qui concerne la missionnaire laïque de nationalité helvétique enlevée à Tombouctou, le Père Dembele précise que, sur la base des informations qu’il a lui-même recueilli, elle n’est pas catholique.

(L.M.) (Agence Fides 18/04/2012)

Les commentaires sont fermés.