25/04/2012

Benoît XVI met en garde contre l'activisme dans l'Eglise

b16.jpegA l’audience générale, ce mercredi 25 avril, Benoît XVI a pointé du doigt l’activisme et les rythmes de vie frénétiques qui sont le lot aujourd’hui d’une grande partie de l’humanité. L’excès d’activité - a-t-il averti - finit par endurcir le cœur et à faire du mal à l’âme. S’adressant à quelque 30 000 personnes rassemblées sur la place Saint-Pierre sous un soleil printanier, le Pape a redit que le rendement et l’efficacité ne peuvent être les seuls critères à suivre. Cela est particulièrement vrai pour l’Eglise qui doit cultiver la dimension spirituelle. 
Benoît XVI est parti d’une réflexion de saint Bernard sur un passage des Actes des apôtres où l’Eglise primitive choisit sept personnes pour leur confier le ministère de la charité et permettre aux apôtres de se consacrer à la prière et à l’annonce de la Parole. Le travail et l’action charitable sont importants – a reconnu le Pape – l’Eglise primitive crée pour cela un ministère spécial. Les activités quotidiennes doivent être accomplies avec dévouement et sens des responsabilités. Mais elles ne peuvent jamais être déconnectées de notre besoin de Dieu et de sa lumière qui nous donne la force et l’espérance dont nous avons besoin. Sans la prière quotidienne, nos activités se vident et se réduisent à un simple activisme qui, au final, nous laisse insatisfaits. Benoît XVI a évoqué à ce propos le célèbre passage de l’Evangile consacré à Marthe et Marie, deux sœurs dont l’une se consacre à la contemplation, l’autre au service. 


Comme chaque semaine, le Pape a résumé son allocution en plusieurs langues dont le français: >> RealAudioMP3 

Chers frères et sœurs, l’Église doit affronter des situations imprévues dès le début. Les Actes des apôtres racontent comment la première communauté chrétienne dut résoudre le problème de la pastorale de la charité envers des personnes dans le besoin, particulièrement les veuves. Face à l’urgence de cet aspect de la vie communautaire, les Apôtres prennent ensemble la décision de choisir sept hommes qui exerceront la diaconie de la charité, pour qu’eux-mêmes puissent ‘se consacrer à la prière et au service de la Parole’. Ils montrent ainsi la priorité à donner à Dieu, à la prière personnelle ou communautaire. Sans elle, on risque de s’agiter et de se préoccuper inutilement au plan ecclésial et pastoral. Prière et service de la Parole sont liés. La vie des Saints manifeste l’unité profonde entre la prière et l’action, entre l’amour total pour Dieu et celui pour les frères. Trop d’occupations, une vie frénétique finissent souvent par endurcir le cœur. Chers amis, ce rappel est précieux aujourd’hui alors que nous évaluons tout à l’aune de la productivité et de l’efficacité ! Le travail est important, mais nous avons aussi besoin de Dieu, de sa lumière. Sans la prière quotidienne, l’activisme nous guette. La prière est la respiration de l’âme et de la vie. 


********************


Je salue les pèlerins francophones, particulièrement les nombreux groupes diocésains et paroissiaux accompagnés par leurs Évêques respectifs, ainsi que les catéchistes de Strasbourg et tous les jeunes français et suisses venus à Rome. Puissiez-vous redécouvrir le goût de la prière pour répondre chaque jour à l’appel du Seigneur. Bon pèlerinage à tous !

Les commentaires sont fermés.