01/05/2012

1er mai à l'enseigne de l’austérité

1er mai.jpegLes politiques d’austérité qui ont le vent en poupe en Europe sont contre-productives. C’est ce qu’affirme l’Organisation Internationale du Travail dans un rapport rendu public ce lundi. Au niveau mondial, les chômeurs seront six millions de plus cette année. Or cette dégradation de la situation de l’emploi se traduit par une augmentation des risques de troubles sociaux. L’OIT encourage donc les gouvernements à mettre en place des stratégies de relance de la demande intérieure, et souligne la nécessité de revoir les objectifs des fonds structurels européens afin qu’ils soutiennent l’emploi au lieu de développer les zones rurales comme ils l’ont fait jusqu’à présent. Enfin, l’OIT est favorable à la mise sur pied d’une véritable politique d’emploi qui serait financée par un nouvel instrument financier au niveau européen. 


Ce point de vue est partagé par l’économiste français Jean-Paul Fitoussi, directeur de recherche à l’Observatoire français des conjonctures économiques : >> RealAudioMP3 

Propos recueillis par Hélène Destombes (Radio Vatican)




Les Eglises européennes mobilisées contre l’austérité 

Que les transactions financières soient taxées ! c’est la proposition avancée par le cardinal Keith O’Brien, archevêque d’Edimbourg et président de la conférence des évêques catholiques écossais, dans une interview accordée à la BBC. Le prélat a vivement critiqué le Premier ministre britannique David Cameron, l’accusant d’avoir un comportement immoral et de favoriser les riches financiers de la City au détriment de ceux qui se débattent avec de faibles revenus.


Le cardinal O’Brien a appelé le chef du gouvernement britannique à instaurer une taxe sur les transactions financières, une sorte de taxe Robin des Bois sur les échanges de la City. Or, l’année dernière, l’exécutif britannique avait répondu aux propositions allemande et française allant dans ce sens par une fin de non-recevoir.

Au Portugal, pays durement touché par la crise financière qui s’est muée en véritable crise économique et sociale, la commission épiscopale en charge de la pastorale du travail s’est réunie dimanche 29 avril à Coimbra dans le centre du pays avec des délégués et des représentants d’organisations de ce secteur. Ce fut l’occasion pour l’Eglise portugaise de réaffirmer que sa plus grande préoccupation aujourd’hui était le chômage, qui, avec la déréglementation du marché du travail, a des conséquences sociales extrêmement graves : désintégration familiale, pauvreté, renforcement des sentiments xénophobes.


Lors de l’ouverture de l’assemblée plénière de la conférence des évêques du Portugal, à la mi-avril, l’archevêque de Lisbonne, le cardinal Policarpo, a lancé un appel en faveur de plus d’équité sociale. Le pays compte un taux de chômage de 14 % qui monte à 35 % chez les jeunes en âge de travailler 


L’un des points de discorde avec le gouvernement, est le projet de celui-ci de supprimer quatre jours fériés dont deux fêtes catholiques : la fête Dieu et l’Assomption. Les évêques ont accepté de déplacer la première mais refusent catégoriquement de toucher au 15 août.

L’Italie ne fait pas exception. Dans un climat plombé par les mesures d’austérité prises par le gouvernement de Mario Monti, des évêques ont pris la parole pour alerter sur le malaise social qui se développe dans le pays. Dans un vaste mouvement de solidarité, des paroisses italiennes s’efforcent de répondre à une situation qui devient de plus en plus critique. Dans le seul diocèse de Rome, une soixantaine de communautés paroissiales distribuent des repas gratuits les jours de fête et certains jours de la semaine. Seize paroisses ont en outre accueilli les sans-abris cet hiver grâce au concours de milliers de bénévoles. 

Les commentaires sont fermés.