01/05/2012

Un 1er mai européen placé sous le signe de la crise

1er mai,fete du travail,travail,saints,saint joseph,galilee,vierge marie,jesus,eutope,economie,social,crise,morosite,belgique,eveques,laics,cil,equite,profit,consommateurs,agences de credit,credit facile,dette,familles,precarite,ethique,bien commun,amour,dieu,justice,solidarite,service,italie,eglise,dimanche,padoue,antonio mattiazzo,souffrance,sobieteLe 1er mai, c’est la fête internationale du travail mais c’est aussi la fête de saint Joseph, l’artisan de Galilée qui prit Marie pour épouse et veilla sur Jésus. En Europe, cette fête s’inscrit dans un contexte économique et social particulièrement morose dû à une crise qui frappe tout le continent et qui dure depuis 2008. 


L’Eglise fait entendre sa voix sur ce sujet dans différents pays. En Belgique, les évêques et le comité interdiocésain des laïcs (CIL) ont lancé une campagne pour « un monde équitable et viable ». Le manifeste appelle à « s’indigner devant notamment les mécanismes d’exclusion et d’exploitation qui, de par le monde, sacrifient toujours plus d’hommes et de femmes pour le seul profit ; devant la réduction des hommes et des femmes à leur statut de producteurs ou de consommateurs ; devant les agissements des acteurs financiers, tels les agences de crédit facile incitant au surendettement des familles précarisées. » Il propose aussi « une éthique du bien commun, soucieuse de tout être humain, ici et ailleurs ». Le manifeste invite enfin à « agir de manière urgente ». « Les communautés chrétiennes ont pour mission de témoigner d’un Dieu d’amour et de justice. La pratique de la solidarité, de la justice et du service des plus précarisés en sera l’expression privilégiée » précise le texte. 

En Italie, la situation économique et sociale est également préoccupante. L’Eglise là aussi rappelle l’exigence de prendre en considération le sort des plus faibles. Les initiatives se multiplient comme à Padoue dans le nord-est du pays où la collecte de dimanche dernier a été destinée à financer le fonds extraordinaire de solidarité pour le travail créé par le diocèse. L’évêque de Padoue, Mgr Antonio Mattiazzo a demandé à ses fidèles « d’être solidaires et généreux envers ceux qui souffrent d’avoir perdu leur travail ». Il les a invités également à « repenser leurs modèles et styles de vie, en s’imposant plus de sobriété et de solidarité ».

Nous avons joint en ce 1er mai Mgr Mattiazzo qui revient sur la situation sociale de l’Italie  : >>RealAudioMP3 

Propos recueillis par Xavier Sartre (Radio Vatican)

Les commentaires sont fermés.