04/05/2012

Lettre aux prêtres du monde entier : les abus sexuels ont défiguré l'Eglise

1_0_585170.jpegPour servir l’Eglise, les prêtres doivent tendre à la sainteté. C’est le message central d’une lettre publiée par la Congrégation romaine pour le Clergé. Le texte, qui porte la signature du cardinal-Préfet Mauro Piacenza, ne manque pas d’évoquer les fautes commises par certains prêtres qui ont humilié le sacerdoce aux yeux du monde, qui ont trahi la grâce qu’ils avaient reçue avec leur ordination et qui ont jeté l’ombre du soupçon sur leurs confrères. La lettre, envoyée aux prêtres du monde entier, appelle au repentir et au pardon. Mais au-delà des crimes horribles que constituent les actes pédophiles, le cardinal Piacenza s’inquiète aussi de l’attiédissement du ministère apostolique, de la fatigue, du manque d’enthousiasme. 


La lettre s’attarde, par ailleurs, sur « le drame le plus grave » de notre temps : l’athéisme qui s’installe quand on a oublié la beauté et la chaleur de la Révélation trinitaire. D’où la responsabilité des prêtres : dans l’adoration et leur ministère quotidiens, ils doivent s’efforcer de tout ramener à la Communion Trinitaire, pour aider les fidèles à découvrir le visage du Fils de Dieu et son caractère actuel. Aucune évangélisation - avertit le texte - ne sera possible si les chrétiens ne sauront pas surprendre et émouvoir le monde par l’annonce du Dieu-Amour. Les prêtres doivent donc être des saints. Face à un monde blessé par des déchirements toujours plus douloureux et inquiétants, l’Eglise doit se montrer indissolublement unie au Christ. Composée d’hommes pécheurs, elle doit sans cesse se renouveler dans l’Esprit : baisser le son de l’esprit de ce monde pour pouvoir entendre la voix du Saint Esprit.


Les prêtres sont enfin invités à travailler en profondeur et à la source sur les textes du Concile Vatican II, un événement « grandiose », selon le cardinal Piacenza, dont beaucoup parlent mais que très peu connaissent à fond, et qui a été amplement déformé. 

Congrégation pour le Clergé, Lettre aux Prêtres 2012 - Texte intégral

Les commentaires sont fermés.