14/06/2012

Pour Monseigneur Mamberti, "Le processus d’unification de l’Europe a besoin d’une base éthique"

1_0_596488.JPGL'archevêque Dominique Mamberti, Secrétaire du Saint-Siège pour les relations avec les États, recevait les ambassadeurs des pays de l'UE accrédités auprès du Saint-Siège. L’occasion de faire un point à l’issue du semestre de la présidence danoise. La réunion s'est tenue à Rome ce lundi. « Le moyen de sortir de la crise - a dit Monseigneur Mamberti - ne peut pas être uniquement fondé sur des solutions techniques, même novatrices, mais doit s’inspiré du cadre européen commun, qui voit dans la figure et les responsabilités de la personne humaine une ressource inestimable ». 


Ainsi, a-t-il poursuivi, « le développement de l'Europe ne peut ignorer la place centrale de la personne. « Il n'est pas question «d'introduire un principe religieux, mais de reconnaître, comme l'a fait De Gasperi, que« l'origine de cette civilisation européenne est le christianisme ». Selon Monseigneur Mamberti, « pour se remettre en marche avec décision, l'Europe doit commencer d'abord par l'Homme, plutôt que par les marchés ou les institutions. Repartir à partir de l’Homme signifie avant tout soutenir la vie et la famille ». Il n’oublie cependant pas le problème politique qui se pose à l’UE. Monseigneur Mamberti appelle à repenser toute l'architecture européenne. « Une Union Européenne basée uniquement sur les marchés est vouée à l'échec, une Union Européenne qui met l’Homme en son centre est vouée à la réussite ». Les sacrifices ne seront consentis que si un idéal est proposé aux peuples. « Confiance, solidarité et responsabilité » voici pour Monseigneur Mamberti les mots qui doivent baliser le chemin que l’Europe doit emprunter.

Les commentaires sont fermés.