16/06/2012

Rio + 20 : le Saint-Siège donne son point de vue

1_0_596980.JPGLe Saint-Siège précise sa position au sujet de la Conférence des Nations Unies sur le développement durable dite Rio + 20. Dans un long texte publié par l’Osservatore romano, le journal du Vatican, le Saint-Siège préconise un renforcement de l’alliance entre les hommes et leur environnement, ainsi qu’un changement des modèles de production et de consommation. Le droit au développement, à un milieu naturel sain et au bien-être social sont intimement liés à la dignité de l’homme. Le Saint-Siège met en garde contre une technique sans éthique. 


Romilda Ferrauto (Radio Vatican) : >> RealAudioMP3 

Il faut faire vite car la famille humaine risque de disparaitre. Le Saint-Siège interpelle directement les Etats et les décideurs, les invitant à mettre de côté leurs intérêts politiques, économiques et idéologiques et à prendre leurs responsabilités à l’égard de l’humanité, surtout vis-à-vis des plus pauvres et des futures générations. Parce que l’homme est plus important que la technique, le texte encourage l’étude et l’exploitation d’énergies et de technologies qui respectent l’humanité et la nature. Les progrès technologiques de ces dernières décennies et la crise qui frappe tant de pays imposent une réflexion sur le sens et les objectifs des politiques économiques et une révision profonde des modèles de développement. C’est l’état de santé écologique de la planète qui l’exige, et plus encore la crise culturelle et morale dont les symptômes sont visibles un peu partout. Au rythme technologique actuel on court le risque d’un désarroi existentiel généralisé – avertit le Saint-Siège. Sans proposer de solutions techniques car la solution n’est pas seulement technique, le Saint-Siège demande que soit respectée la dignité humaine dès la conception, que l’avortement et la contraception soient exclus des politiques de santé, que le rôle de la famille et le principe de solidarité soient développés. Quant à l’économie verte, pomme de discorde des négociations, des clarifications sont nécessaires. Le Saint-Siège partage notamment la peur de l’instauration d’un protectionnisme vert. 

Les commentaires sont fermés.