19/07/2012

Syrie : témoignage à Damas de Mgr Zenari

1_0_606012.JPGEn Syrie, on est décidément très loin de la paix. Des centaines d'habitants fuyaient ce jeudi les violents combats et les bombardements de certains quartiers de la capitale, au lendemain d'un attentat contre le bâtiment de la Sécurité nationale à Damas dans lequel ont péri trois hauts responsables, dont le beau-frère du président Bachar Al-Assad. Cet attentat porte un coup dur à l'appareil sécuritaire du régime, mais le président syrien n’a fait aucun commentaire concernant l’attaque.


Nous sommes parvenus ce jeudi matin à joindre le nonce apostolique en poste à Damas. Mgr Mario Zenari nous décrit l’atmosphère qui régnait dans la ville: >> RealAudioMP3 

Et plusieurs représentants de l’Eglise en Syrie ont lancé eux aussi ces derniers jours des appels urgents au dialogue pour mettre un terme au bras de fer sanglant qui oppose le régime du président Bashar al-Assad et l’opposition, entraînant désormais le pays dans une guerre civile ouverte. 

Ainsi l’appel du patriarche des grecs melkites de Damas, Grégoire III Laham. « Les Syriens, forts de leur longue histoire, peuvent se relever de cette crise dangereuse en s’aidant les uns les autres, au travers de l’amour et du pardon », a-t-il déclaré à l’agence Fides, exhortant les Eglises à élever leur voix, à demander « des réformes, la liberté, la démocratie, la lutte contre la corruption, le soutien au développement et la liberté d’expression ».


« Aujourd’hui, ajoute Grégoire III Laham, nous demandons d’arrêter le cycle de tueries et de destructions, surtout à l’encontre des civils en difficulté de toutes les religions qui en sont, en réalité, les véritables victimes ».


Tout en rejetant une certaine « campagne conduite contre les Pasteurs des Eglises en Syrie », souvent accusés de collusion avec le régime alaouite - une minorité – du président Assad, le patriarche appuie le mouvement Mussalaha - « réconciliation » -.


« Nous prions pour la réussite du mouvement Mussalaha, au sein duquel sont présents des délégués de toutes les Eglises afin de porter l’unité et l’amour dans les cœurs de tous. C’est ce qui pose les bases en vue de solutions efficaces à ce conflit tragique », écrit le patriarche qui estime que la visite de Benoît XVI au Liban, du 14 au 16 septembre prochain, « sera un appui particulier pour la Syrie, afin que le conflit puisse cesser et le pays refleurir ».


Toujours selon l’Agence Fides, le vicaire apostolique d’Alep, Mgr Giuseppe Nazzaro, a lui aussi apporté son soutien à l’initiative populaire interreligieuse Mussalaha, affirmant que celle-ci méritait d’être « encouragée et soutenue par tout le monde ». Le mouvement, qui se présente comme une troisième voie dans le scénario du conflit syrien, est né « d’en bas » et privilégie – comme l’explique Fides - le « dialogue interne entre les différentes composantes politiques, sociales et religieuses de la population syrienne ». 

(Radio Vatican)

Les commentaires sont fermés.