21/07/2012

L'Université du Pérou n'est plus catholique ni pontificale

1_0_606707.jpegParce qu’elle ne refuse de se conformer à la loi canonique, l’université de Lima se voit privée de deux de ses titres par le Saint-Siège. Elle ne pourra plus désormais utiliser les adjectifs « pontificale et catholique » pour se définir. Le cardinal Tarcisio Bertone, le Secrétaire d’état du Saint-Siège a signé un décret en ce sens, rapporte ce samedi la Salle de presse du Saint-Siège.


Depuis 1967, l’université fondée en 1917 et érigée canoniquement par décret en 1942, a en effet modifié ses statuts provoquant « de graves préjudices pour l’intérêt de l’Eglise ». Dans un communiqué, le Saint-Siège précise avoir sollicité à plusieurs reprises depuis 1990 et sans succès, les recteurs de l’université afin qu’ils rendent l’établissement conforme à la constitution apostolique de Jean Paul II, Ex Corde Ecclesiae (15 aout 1990). En 2011, une visite canonique a précédé en février dernier, la venue du Secrétaire d’état du Saint-Siège en personne à Lima afin de relancer un dialogue. 


Or, fait savoir le communiqué publié ce samedi, l’actuel recteur a affirmé dans deux lettres adressées récemment au cardinal Bertone, qu’il était impossible de mettre en œuvre ce qu’exige le Saint-Siège, mettant comme condition à la modification des statuts de l’établissement, le renoncement de la part de l'archidiocèse de Lima du contrôle de la gestion des biens de l'université. Un contrôle qui a été, à plusieurs reprises pourtant, confirmé par des tribunaux civils du Pérou.


Face à cette attitude de l’université, le Saint-Siège s’est vu contraint d’adopter ce décret lui interdisant d’employer les mots catholique et pontifical pour se nommer, réaffirmant le devoir de l’université de se mettre en règle avec la législation canonique.


Mais le Vatican ce faisant ne claque pas la porte. Dans le communiqué publié ce samedi, il est dit que le Saint-Siège continuera à suivre l’évolution de l’université, souhaitant que dans un futur proche les autorités académiques compétentes reconsidèrent leur position pour permettre au Vatican de revenir sur la mesure prise aujourd’hui.


Le renouvellement exigé par le Saint-Siège permettra, souligne le texte, « de rendre l’université plus à même de répondre au devoir d’annoncer le message du Christ à l’homme, à la société et aux cultures, selon la mission de l’Eglise dans le monde. »

Les commentaires sont fermés.