22/07/2012

Le majordome du Pape libéré et assigné à résidence

1_0_606843.jpegLa justice vaticane a décidé d’accorder la liberté provisoire au majordome du Pape. Paolo Gabriele est désormais assigné à résidence. Comme l’a indiqué le père Lombardi, le directeur de la salle de presse du Saint-Siège, Paolo Gabriele demeura « dès ce samedi soir » avec sa famille, sa femme et ses trois enfants, à son domicile dans l’enceinte du Vatican où il pourra recevoir, s’il en a besoin, une assistance spirituelle et médicale. En revanche, toute personne cherchant à le contacter devra demander une autorisation à la justice.


Cette libération provisoire arrive au terme de l’interrogatoire formel du seul suspect de l’affaire Vatileaks arrêté le 23 mai dernier. La phase d’instruction aura duré un mois et demi, le temps pour le juge d’instruction, Piero Bonnet, de faire la lumière sur les affirmations du majordome de Benoît XVI. On attend maintenant le résultat de cette enquête et selon le père Lombardi, le magistrat du Vatican devrait faire savoir fin juillet ou début août s’il décide de poursuivre Paolo Gabriele, accusé de « vol aggravé » ce qui pourrait lui valoir une peine de 1 à 6 ans de prison. 

Ce samedi 21 juillet 2012, pour la première fois, les avocats de Paolo Gabriele ont par ailleurs pris la parole en public. Maîtres Cristiana Arro et Carlo Fusco, qui est également un ami du suspect, ont refusé de revenir sur les actes commis par le majordome du Pape. Ils ont, cela dit, affirmé que leur client avait agi seul. « Il n’existe aucun réseau, ni aucun complot à l’intérieur comme à l’extérieur du Vatican ». Interrogé sur une possible manipulation de Paolo Gabriele, les avocats de la défense ont exclu cette thèse. 


Autre point sur lequel les deux avocats sont formels : le majordome du Pape n’a pas reçu d’argent. Il n’a pas tiré de bénéfice personnel dans cette affaire. Quelle est dès lors sa motivation ? Il s’agirait selon Carlo Fusco d’un acte « idéaliste », d’une « motivation à caractère intérieur ». Paolo Gabriele aurait agi, « poussé par le désir d’aider, par amour envers le Pape », mais « il se rend bien compte ces deniers jours que ce n’était pas la bonne méthode ». Le majordome du Pape se repent. Dès le début de sa détention, il « collabore amplement avec la justice » et même si, les avocats le soulignent, cela ne regarde en rien le processus judiciaire, Paolo Gabriele a demandé pardon à Benoît XVI. Il lui a fait parvenir des messages en ce sens, ou s’apprête à le faire. 

Les commentaires sont fermés.