15/08/2012

L'heure est grave. Pour le cardinal Barbarin l'Eglise doit parler

1_0_612922.jpegEn France, les évêques ont invité les catholiques à réciter le 15 août, dans toutes les paroisses, une prière commune pour la France, écrite par le cardinal André Vingt-Trois : en particulier pour les personnes touchées par la crise, pour ceux qui gouvernent, pour les familles, les enfants et les jeunes. Cette démarche a suscité de vives réactions dans le contexte actuel. Le gouvernement français veut accorder aux homosexuels le droit de se marier et d’adopter. Par ailleurs, en ce qui concerne la fin de vie, François Hollande, sans jamais prononcer le nom d’euthanasie, a promis de dépasser la loi Leonetti.

Dans une interview au Figaro, le cardinal Philippe Barbarin, archevêque de Lyon, réagit aux polémiques. 


Le Primat des Gaules reconnait que la prière a une dimension politique dans la mesure où elle ne fait jamais abstraction des questions de la vie sociale, encore moins des souffrances des hommes. Mais il se demande si la laïcité voudrait interdire la prière, si les catholiques devront soumettre leurs rites et leurs formulaires au commandement de la pensée unique. Pour le cardinal Barbarin l’heure est grave. C’est une rupture de civilisation de vouloir dénaturer le mariage – affirme-t-il. L’Eglise doit parler quels que soient les courants qui traversent l’opinion publique. 



**********



Le Primat des Gaules a des expressions fortes : il se demande si nous sommes en tyrannie. Il note que l’Eglise a l’habitude d’être le paillasson sur lequel on s’essuie les pieds, que ces réactions font penser que certains semblent avoir peur de la prière.

Dans une des ses questions, le journaliste Jean-Marie Guénois relève que le texte de la prière exprime l’opposition connue de l’Église au mariage homosexuel et à l'adoption d'enfants par ces couples. "Est-ce là une étape, «soft», oserait-on dire, d'une opposition morale qui pourrait se durcir, sous d'autres formes, à la rentrée? " - demande-t-il.

Réponse du cardinal Barbarin : 


"Avez-vous lu cette prière? Aucune des expressions que vous utilisez ne s'y trouve. On peut prier pour l'engagement des époux, pour les enfants et les jeunes, afin qu'ils «bénéficient pleinement de l'amour d'un père et d'une mère» sans être taxé d'homophobie, j'espère ! Ce sont les intentions qui montent spontanément au cœur des croyants. Il ne faudrait pas se mettre à terroriser le bon sens… 


Et l’archevêque de Lyon ajoute plus loin : la tentation pour les gouvernants dans une crise économique et sociale d’une telle ampleur c’est de trouver des dérivatifs sur des sujets dits «sociétaux ». Faute de pouvoir résorber le chômage, on changerait le mariage, la famille. J’espère – conclut que cardinal Barbarin - que le pouvoir politique voit bien, comme chacun de nous, ce qui dépend de lui et ce qui le dépasse. 

Commentaires

Je suis heureuse que l'Eglise parle pour faire un discernement dans notre société qui prend le bien pour le mal et le mal pour le bien ! Il est grand temps de faire la lumière !
Que le Seigneur vous bénisse !

Écrit par : Maury | 16/08/2012

Les commentaires sont fermés.