31/08/2012

Mise au point du Vatican dans l'affaire Vatileaks

1_0_616632.jpeg

“L’information circulant ces derniers jours sur le fait que vingt ou une vingtaine de personnes seraient mises en examen ou soupçonnées dans le procès qui concerne la fuite du Vatican de documents réservés, n’a aucun fondement ». 


Le Père Ciro Benedettini, vice-directeur de la Salle de presse du Saint-Siège, a tenu à faire cette mise au point verbale mardi, interrogé par des journalistes, après la publication de plusieurs articles dans la presse italienne. 


Derrière "w","x", ou "y", des témoins et non des suspects


Des médias, selon le Père Benedettini, qui ont pu être tentés de revenir sur ce chiffre après les déclarations du journaliste italien Gianluigi Nuzzi, qui a bénéficié des documents confidentiels qui filtraient des appartements pontificaux, et des indiscrétions du majordome du Pape, Paolo Gabriele, principal suspect dans cette affaire avec Claudio Sciarpelletti, informaticien au Vatican. 


Mais encore. Dans le contenu de la sentence du juge d’instruction du Vatican publiée le 13 août, certaines personnes sont désignées par les lettres “w“ et “x", ou encore "y". Leur noms sont substitués par une vingtaine de lettres de l’alphabet. Mais en fait le Vatican a eu recours à des lettres de l’alphabet afin de respecter l’anonymat des témoins entendus durant l’enquête. Et il s’agit bien de témoins et non de personnes mises en examen ou de suspects.

Les commentaires sont fermés.