02/09/2012

L'Évangile, guide contre la fausse religiosité

dimanche, angélus, pape, Benoît XVI, Castelgandolfo, Parole de Dieu, religion, christianisme, pratique, Dieu, Bible, Loi, amour, Israël, matérialisme, pouvoir, idoles, égoïsme, évangile, saint Marc, pharisiens, scribes, traditions

Ce dimanche, lors de l’Angélus, le Pape a encouragé les centaines de fidèles rassemblés dans la cours du palais apostolique de Castel Gandolfo, à rester à l’écoute de la Parole de Dieu, évoquant « un grave risque » qu’encourt « toute religion », y compris le christianisme : celui de voir « le sens authentique de la religion », à savoir « vivre à l’écoute de Dieu pour accomplir sa volonté », s’effacer et se réduire à une « pratique d’usage secondaire », qui satisfait uniquement « notre besoin humain de se sentir en règle vis à vis de Dieu ».


La Parole de Dieu, le don le plus précieux du Seigneur


Dans la Bible, la Loi de Dieu n’est pas perçue comme « un poids », mettant des « limites opprimantes » aux hommes, au contraire affirme le Pape, « la Parole de Dieu qui guide l’homme dans le chemin de la vie », est perçue comme « le don le plus précieux du Seigneur, le témoignage de son amour paternel, de sa volonté d’être au plus proche de son peuple, d’être son Allié et d’écrire une histoire d’amour avec lui ». Avec sa Loi, ses commandements, Dieu veut permettre à l’homme d’échapper à l’esclavage de l’égoïsme et l’emmener dans la « terre de la vraie liberté et de la vie ». 


Le risque de voir la religion se réduire à une « pratique d’usage secondaire »


Le problème, poursuit Benoît XVI, c’est qu’une fois installé, le peuple (nldr : d’Israël), dépositaire de la Loi de Dieu, est tenté de remettre sa sécurité et sa joie non plus en la Parole du Seigneur mais dans des biens matériels, le pouvoir, dans d’autre divinité qui en réalité sont vaines, sont des idoles. « La Loi de Dieu reste, mais n’est plus la chose la plus importante, la règle de vie », elle devient « une couverture », et la vie suit d’autres voies, d’autres règles, des intérêts souvent égoïstes, individuels et de groupe. C’est contre cette tendance que Jésus, dans l’Evangile de Marc, met en garde les pharisiens et les scribes. C’est contre cette tendance qu’aujourd’hui le Pape met en garde les fidèles afin qu’ils restent à l’écoute de la Parole de Dieu et ne suivent pas de fausse religiosité et les traditions des hommes.


Et à l’issue de l’Angélus, dans son adresse aux fidèles francophones, le Pape a évoqué sa joie d'aller au Liban et la très prochaine rentrée scolaire : >> 

Texte intégral de son intervention en langue française :


"En cette période de rentrée, je m’adresse à vous, chers écoliers et élèves qui commencez une nouvelle année scolaire. Il est beau et nécessaire d’apprendre. Faites-le de bon cœur. Puissiez-vous découvrir aussi la joie de l’amitié ! Le temps pour le sport et pour les loisirs est important, mais le temps pour la famille et pour Dieu est plus important encore. Vos parents et vos professeurs doivent en favoriser le juste équilibre. Je salue également les Libanais présents ce matin ; je les assure de ma prière et leur dis ma joie de visiter bientôt leur beau pays. Je vous bénis tous de grand cœur."


D’autres élèves ont par ailleurs eu la chance ce dimanche matin de rencontrer Benoît XVI. Comme chaque année, le Pape a présidé une messe avec les membres du séminaire d’été de ses anciens élèves, le Ratzinger Schülerkreis dont c'était la 36ème édition. Cette année, son thème portait sur les « Résultats et questions œcuméniques dans le dialogue avec le luthéranisme et l’anglicanisme ». La fondation bavaroise qui organise ces séminaires a pour objectif la promotion des études entreprises par Joseph Ratzinger lorsqu’il était enseignant, la diffusion de son enseignement théologique et de sa spiritualité, ainsi que la publication des livres de Benoît XVI

Les commentaires sont fermés.