25/09/2012

La feuille de route de la paix

pape,benoît xvi,paix,moyen-orinet,souffrances,violence,religions,conscience,jean-louis tauran,conseil pontifical pour le idalogue interreligieux,vatican,chrétiens,musulmans,liban,fondamentalisme,dialogue,islam,culture,arabesBenoît XVI a indiqué la route de la paix. A présent c’est au tour de ceux qui ont en main le destin du Moyen-Orient de décider de s’y engager – et ainsi de mettre fin aux souffrances des peuples qui habitent cette région tourmentée – ou bien de continuer à laisser la place à la violence, alimentée aussi par l’instrumentalisation de convictions religieuses qui, avec la violence, n’ont pourtant rien à voir. Cette conscience, le cardinal Jean-Louis Tauran, président du Conseil pontifical pour le dialogue interreligieux, l’a mûrie au cours de ses longues années d’expérience à la tête du dicastère du Vatican : chrétiens et musulmans n’ont pas aujourd'hui, comme il n’en ont jamais eux, de problèmes de coexistence dans la vie de tous les jours. « Les problèmes – dit-il dans l’entretien accordé à notre journal de retour du voyage du Pape au Liban, auquel il a participé en tant que membre de la suite pontificale – sont ailleurs. Beaucoup sont causés par le fondamentalisme, un ennemi non seulement pour les chrétiens mais aussi pour les musulmans eux-mêmes ».

A la question de savoir dans quelle mesure la visite au Liban pourra influencer les futurs développements du dialogue entre chrétiens et musulmans le cardinal a répondu : « Benoît XVI a déjà démontré encore une fois un grand respect pour l’islam et pour sa culture. Par ailleurs il a souligné avec vigueur la contribution apportée par les chrétiens, aux côtés des musulmans, à la naissance et à la formation de la culture arabe en général. Il a fait reverdir le souvenir des temps où chrétiens et musulmans vivaient ensemble dans de nombreux lieux. Et il croit à la possibilité de revenir à une telle coexistence ».

Mario Ponzi

2012-09-25 L’Osservatore Romano

Les commentaires sont fermés.