27/09/2012

Benoît XVI condamne les dérives de la médecine sportive

 

1_0_624997.jpeg

“Le succès, la notoriété, les médailles et l’argent deviennent parfois la priorité ou le seul objectif dans le monde du sport”. Benoît XVI n’a pas caché ses craintes en s’adressant ce jeudi, à Castelgandolfo, aux participants du 32èmeCongrès de la Fédération internationale de Médecine du Sport, qui se déroule à Rome jusqu’au 30 septembre. Le Pape tenait à leur rappeler qu’en « chaque sportif il y a plus qu’un simple compétiteur ». En d’autres mots : Que tout ne doit donc pas être permis, et que la fin ne justifie nullement les moyens.


Comme d’autres papes avant lui, Jean-Paul II notamment, Benoît XVI a eu trop grande estime du sport pour ne pas profiter d’une rencontre avec des médecins du sport. Surtout quand ils nous arrivent de quelque 120 pays. Oui, « pour vaincre à toux prix », on piétine le véritable esprit de la compétition et l’on arrive « à l’abus et à l’utilisation à mauvais escient de moyens que la médecine moderne met à disposition ». Voilà qui est dit, alors que dans le monde du sport, régulièrement, les pratiques de dopage en tout genre défrayent la chronique.


L'excellence athlétique ne peut primer sur le perfectionnement moral et spirituel


Pourtant, devait rappeler le Pape, comment oublier que derrière tout athlète existe une personne qui est appelée au perfectionnement moral et spirituel avant même la prestation physique ».


D’où cet appel du Pape aux experts en médecine sportive à ne pas être seulement des « agents de la santé physique et de l’excellence athlétique mais aussi des agents d’un progrès moral, spirituel et culturel ». Benoît citait alors Saint Paul qui dans sa lettre aux Corinthiens met en étroite relation l’entrainement physique et le self-control que comporte la vie spirituelle. De rappeler aussi « la beauté, le mystère et les potentialités de tout être humain, qu’il soit athlète ou non ».


Le Pape remarquait encore que c’est la première fois que ce Congrès de médecine du Sport se déroule à Rome, avec la participation de représentants du monde entier, pour souligner combien le sport est en mesure « d’unir les personnes et les peuples ». Une capacité si évidente encore lors des derniers jeux olympiques et paralympiques de Londres. Et pour Benoît XVI, la plus grande compétition entre les peuples reste bien celle de la recherche commune de la paix.


Le compte-rendu de Bernard Decottignies (Radio Vatican) : >>  

17:49 Écrit par Père Walter dans Actualité | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook | | | | Pin it! |

Les commentaires sont fermés.