01/10/2012

"Un monde avec ou sans Dieu", réflexions après le Parvis des Gentils en Suède

1_0_625933.jpeg

Mi-septembre en Suède, s’est déroulé le 12ème « Parvis des Gentils ». Une rencontre entre croyants et non-croyants sur le thème « Un monde avec ou sans Dieu », qui durant deux jours a rassemblé des suédois du monde de la culture et de la science, représentants religieux et athées convaincus.


La Suède est un pays souvent appelé post-chrétien, où selon les statistiques, la sécularisation a conquis énormément de terrain, et où Dieu a dû se mettre en retrait . Où règnent « les droits de l’homme » mais pas « le droit de Dieu ».Où le choix de faire ou non naître un fils, et sa programmation, font partie de cette idée des droits, comme celui d’avoir un enfant « sans défauts », et donc de pouvoir l’éliminer durant la grossesse si tel n’est pas le cas. 


La Suède est le pays où le ministère de l’éducation empêche aux prêtres de dire « Dieu vous bénisse » aux élèves à la fin de l’année scolaire. Où tous les membres du parlement (sauf un) ont voté contre la liberté de conscience pour les personnels de santé. Où l’on copie les rites mêmes des sacrements avec la seule différence que l’on exclut toute trace de Dieu. C’est le pays où tu ne peux prétendre devenir recteur d’université si dans ton C.V. il est inscrit que tu es croyant.


Selon les statistiques, Dieu n’est pas important pour les suédois. Mais il est pourtant. La Suède n’est pas indifférente à Dieu. Et toute personne qui y vit comme croyant le sait, lorsqu’elle voit l’étonnement, la curiosité et parfois un peu de méfiance en se déclarant croyante. Et ceux qui ont participé au Parvis des Gentils à Stockholm le savent aussi. Il y avait là une ferveur authentique des participants qui ont parlé de la foi et du rôle de la religion dans la société.


La plus importante contribution du Parvis des Gentils aura été de faire débattre ouvertement d’un thème qui en Suède est considéré politiquement et culturellement déplacé pour une discussion publique. Et tenez-vous bien, la rencontre de deux jours a été retransmise intégralement à la télévision publique (6 heures) à deux reprises.


Il y eut une ouverture évidente de la part de tous à traiter de manière personnelle les questions autour du thème choisi, en se focalisant davantage sur la question de croire plutôt que celle de ne pas croire. Les salles étaient pleines de personnes qui ont écouté en silence durant des heures, et qui n’ont regretté qu’une chose : c’était trop court. L’un des aspects qui est apparu, et qui a été partagé par la majorité : le fondamentalisme laïque n’est pas moins dangereux que le fondamentalisme religieux.


Il existe une énorme différence entre une société avec Dieu et une société sans Dieu. La société sans Dieu veut mettre l’homme au centre, un homme qui face aux circonstances de la vie cherche désespérément à tout contrôler. Par contre, la société qui laisse de la place à Dieu, non seulement comme une pensée un peu lointaine, mais comme part intégrale de la vie, met à la place de l’illusoire contrôle humain, la confiance. La confiance en un Dieu que je ne me suis pas créé moi, mais qui m’a créé. La certitude de faire partie d’un plan qui en vaut la peine, même quand il implique souffrance et sacrifice par amour.


Nous sommes face à l’antique difficulté de l’homme de devoir admettre qu’il a besoin de Dieu, d’être dépendant et redevable. L’homme a toujours envie de dire « Moi je veux être Dieu. Je ne me mettrai jamais à genoux ». Combien de sagesse par contre dans la phrase toute simple « Pour pouvoir rester debout, il nous faut être à genoux ». Quand la vie vacille, quand la famille ou la société vacillent, nous trouvons la réponse toute simple des saints : « Mettez-vous à genoux, sinon, vous tomberez .


Laissez de la place à Dieu ». Si le monde nie la présence de Dieu, Lui en tout cas n’a pas perdu l’intérêt qu’il porte au monde. Nous avons sans cesse besoin de nous rappeler la juste dimension de l’homme.


Charlotta Smeds 

2012-10-01 Radio Vatican 

Les commentaires sont fermés.