11/10/2012

Ouverture de l'Année de la Foi - Benoît XVI appelle les fidèles à se faire pèlerins dans les déserts du monde

1_0_628867.jpeg



Benoît XVI a ouvert ce jeudi matin lors d’une messe solennelle l’Année de la foi, 50 ans jour pour jour après l’ouverture du Concile Vatican II. 400 évêques et cardinaux étaient rassemblés sur le parvis de la Basilique Saint Pierre.


Parmi eux, les quelques 260 pères synodaux qui participent actuellement au Vatican à la XIII° Assemblée générale ordinaire du Synode des évêques consacrée à "la Nouvelle évangélisation pour la transmission de la foi chrétienne". 


Le Pape a salué le Patriarche de Constantinople, Bartholomée I, l’archevêque de Canterbury et primat de l’Eglise anglicane Rowan Williams, ainsi que les présidents des conférences épiscopales. Dans son homélie, Benoît XVI a rappelé l’importance du témoignage de foi dans les déserts du monde contemporain.


Les précisions d'Hélène Destombes (Radio Vatican)  : >>  

Dans le désert, il faut surtout des personnes de foi qui par l’exemple de leur vie tiennent en éveil l’espérance. Benoît XVI, dans son homélie, exhorte les fidèles à entamer un pèlerinage dans nos sociétés où s’est propagé le vide et qui ont connu ces dernières décennies une désertification spirituelle, avec pour seul bagage : « l’Evangile et la foi de l’Eglise, dont les documents du Concile sont l’expression lumineuse. »


« Si l’Eglise propose aujourd’hui une année de la foi ainsi qu’une nouvelle évangélisation, indique le Pape, ce n’est pas pour célébrer un anniversaire, mais parce que c’est une nécessité encore plus qu’il y a 50 ans ». 


L’urgence est de « raviver » dans toute l’Eglise cette tension positive, ce désir d’annoncer à nouveau le Christ à l’homme contemporain. Et afin que « l’élan intérieur pour la nouvelle évangélisation ne reste pas seulement virtuel », Benoît XVI recommande de s’appuyer sur un fondement concrets et précis : les documents du Concile Vatican II. S’y référer « protège des excès, d’une nostalgie anachronique ou de courses en avant ». 


Comme il l’a déjà fait a plusieurs reprises, le Pape souligne donc la nécessite de revenir à la lettre du Concile pour en découvrir l’esprit authentique. Accompagnée de cette boussole et attentive aux signes souvent implicite de cet soif de Dieu dans nos sociétés contemporaines, l’Eglise est invitée à rendre témoignage d’une vie nouvelle transformé par Dieu qui, précise le Pape, indique le chemin. Cette année de la foi et le synode consacré à la Nouvelle évangélisation représentent déjà des signes d’encouragement et d’espérance.


Et présent à cette cérémonie, la patriarche de Constantinople, Bartholomée Ier : dans son message, il a rappelé que pour l’Eglise orthodoxe, ces cinquante dernières années ont été une période d’échanges et d’attentes. "Notre chemin n’a cependant pas été toujours facile ou exempt de souffrances et de défis", a-t-il reconnu. 


L'homélie du Pape, jeudi matin, dans son intégralité 

 




(Photo : la procession des Cardinaux jeudi matin, avant la messe du Pape à l'occasion du début de l'Année de la foi)

Les commentaires sont fermés.