25/10/2012

L'évêque de Hasselt en Belgique consterné par la fermeture de deux usines

1_0_633026.jpegRéunis pour une journée de prières à Saint Trond, Mgr Patrick Hoogmaarten, évêque de Hasselt et 130 prêtres du diocèse ont appris avec consternation l’annonce de la fermeture du site de Ford à Genk. Ils parlent d’une nouvelle tragédie pour la province du Limbourg.


De fait, l’évêque de Hasselt et les prêtres limbourgeois mettent aussi en avant l’annonce de la fermeture prochaine de l’usine Dow Chemical située à Tessenderlo. En une seule journée, ce sont des milliers d’emplois qui passent à la trappe, avec leur cortège de soucis pour les personnes concernées et leurs familles. Un véritable séisme social.


La logique du marché n'est pas la logique de l'Evangile

« Nous sommes consternés et nous exprimons toute notre solidarité avec les travailleurs touchés et leurs familles», précise un communiqué de Mgr Hoogmaarten et de ses prêtres, à propos des sites de Genk et de Tessenderlo. « La logique économique de maximisation du profit n’est pas la logique de l’Evangile et ne coïncide pas avec la logique de la pensée sociale de l’Eglise. Une entreprise est le fruit du travail de nombreuses personnes. Son existence n’est pas juste une question de management et d’actionnariat, mais de toutes les parties prenantes. La résiliation unilatérale de l’accord récemment conclu sur le plan social est inacceptable et extrêmement offensant pour les employés », ajoute le communiqué.


Faire jouer la solidarité pour les personnes licenciées


Et de conclure : « Nous appelons les dirigeants politiques et économiques afin qu’ils redonnent espoir et perspective aux victimes des licenciements. Nous invitons en particulier tous les chrétiens à avoir de l’attention et des soins pour tous les employés – et leurs familles – qui sont victimes d’une fermeture d’entreprise aujourd’hui, en particulier pour ceux de Ford Genk et de leurs sous-traitants, ainsi que pour ceux de Dow Chemical à Tessenderlo ». ( avec Cathobel)

Les commentaires sont fermés.