03/11/2012

Je vous raconte mon ami qui est devenu Pape

wojtyla.jpegAu cours de la longue et passionnante interview, Wanda Półtawska  réévoque ses premières rencontres avec Karol Wojtyła, une amitié faite d’entente spirituelle, d’engagement « professionnel » et d’encouragement réciproque. Une relation maintenue vivante et féconde même après l’élection comme Pape (« La véritable amitié dure pour toujours »). Wanda Półtawska rappelle donc les deniers jours aux côtés de Jean-Paul II et la genèse de son ouvrage récent contenant ses quarante lettres (Diario di un’amicizia. La famiglia Półtawski et Karol Wojtyla, Edizioni San Paolo). « Un livre qui a suscité de vives réactions – note Włodzimierz Rędzioch – Etait-il nécessaire de rendre publique ces lettres privées? » « Lors d’une rencontre du 14 novembre 1993, en présence de Mgr Michalik, le Pape m’a demandé d'abandonner le projet. J’ai commencé mais il y avait des pressions et le Pape m’a demandé de laisser tomber. Toutefois, avant de mourir il m’a dit que je devais apporter mon témoignage. Le Saint-Père a tout lu. Il n’a pas lu seulement le dernier chapitre ». L’ouvrage terminé, Wanda Półtawska l’a fait lire a deux archevêques polonais: « Le premier est Mgr Michalik, qui après lecture m’a dit: Publiez. Ensuite, j’ai fait voir les épreuves à mon confesseur habituel, qui face à mes doutes m’a répondu que je n’ai pas de droit exclusif sur Jean-Paul II et que les personnes ont le droit de connaître leurs saints. Par la suite, j’ai fait voir le texte au postulateur du procès en béatification: Mgr Oder a tout lu, a demandé l’avis à deux archevêques qui ont vu le texte et, à la fin, m’a dit que ce texte suffirait pour tout le procès. Parce que ces lettres le révèlent lui et non pas moi. Et ainsi le livre a été publié. Ce n’est pas le journal de ma vie, mais de mon âme. Dans celui-ci sont publiées mes lettres au confesseur et ses réponses. De cette manière, je voulais faire connaître aux personnes un autre aspect de sa personnalité, faire connaître sa spiritualité ».

Nombreux sont ceux qui se demandent pourquoi Jean-Paul II attirait à lui autant de gens, même les personnes éloignées de l’Eglise: « C’est très simple. Il attirait les gens parce qu’il aimait véritablement tous et les personnes le comprenaient et le sentaient lui rendant l’amour et l’affection ».

Włodzimierz Rędzioch

Les commentaires sont fermés.