08/11/2012

Gens de mer et nouvelle évangélisation

1_0_503603.jpegCité du Vatican, 8 novembre 2012 (VIS). Le Cardinal Antonio Maria Vegliò, Président du Conseil pontifical pour les migrants, assisté du Sous Secrétaire le P.Gabriele Ferdinando Bentoglio, CS, a présenté en Salle de Presse le XXIII Congrès de l'apostolat de la mer (19 - 23 novembre), au cours duquel 410 experts (71 pays) débattrons de la nouvelle évangélisation dans le milieu maritime: Le Synode et l'Année de la foi, a dit le Cardinal, "constituent un défi pour les aumôniers et les volontaires de notre apostolat. Ils se retrouvent dans ce congrès pour chercher les solutions pastorales adaptées aux gens de mer", notamment face à l'emploi de technologies de plus en plus perfectionnées, qui accentuent le rythme du travail en mer mais pas toujours le bien-être des marins. Ceux-ci acceptent souvent des conditions de travail qui les éloignent pendant de longues périodes de leurs familles... A cela s'ajoutent depuis un certain temps des abandons de navires qui laissent à terre des marins sans ressources et en font même des victimes d'exploitation... Sans parler de la piraterie qui provoque un traumatisme psychologique s'étendant aux familles... La communauté internationale a adopté à cet effet la Convention sur le travail maritime en 2006 qui fixe les conditions minimales d'embauche et de travail pour la marine marchande, et que l'on peut considérer comme la charte des droits des gens de mer... Par le biais de ses aumôniers et volontaires, l'apostolat de la mer s'intéresse aussi aux pêcheurs et à leurs familles. Même si on ne dispose pas de statistiques sur les incidents dont ils sont victimes, nombre d'organisations internationales affirment que la pêche est l'une des activités les plus dangereuses au monde. Mais il ne faudrait pas oublier l'existence de la pêche illégale et non réglementée qui favorise aussi le travail forcé et l'exploitation de personnes".

 
Puis le P.Bentoglio a exposé les thèmes qui seront abordés au cours de ces assises, d'abord la nouvelle évangélisation qui intéresse un nombre croissant de marins catholiques des rites orientaux, orthodoxes ou d'autres confessions chrétiennes, en particulier dans les ports des pays musulmans. La seconde journée sera consacrée aux intenses rapports avec les 708 syndicats qui représentent plus de cinq millions de personnes du secteur maritime. Le International Transport Workers Federation partage avec l'apostolat de la mer le souci d'améliorer la vie des personnes, de leur assurer de bons services d'assistance, de répondre à leurs attentes spirituelles et matérielles. Les pêcheurs constituent le sujet de la troisième journée, qui verra la ratification de la Convention sur le travail dans le milieu de la pêche, qui intéresse 38 millions de personnes. Le dernier jour sera réservé à la réflexion sur la piraterie, principalement dans l'océan indien, la corne d'Afrique, les côtes occidentales africaines, sud-américaines et caraïbes. C'est une activité criminelle difficile à combattre, sujet d'inquiétude croissant à cause des violences, des séquestres de personnes, de la capacité des pirates à échapper aux contrôles. D'autant que le phénomène s'accroît dans le transport commercial comme dans les croisières. Le congrès abordera enfin la mission, en insistant sur la collaboration oecuménique dans les ports. Cette coopération inter-religieuse permet des initiatives comme celles du Seafarers Rights International qui conjuguent compétences industrielles et juridiques pour le respect des droits et l'assistance légale des gens de mer, ou du Maritime Humanitarian Piracy Response, qui aide les marins et leurs familles en cas d'accident ou de traumatismes engendrés par la piraterie.

Les commentaires sont fermés.