11/12/2012

Benoît XVI à l'Angélus: "En ce temps de l'Avent, accueillons les migrants"

pape,benoît xvi,angelus,avent,dimanche,catéchèse,place saint-pierre,jean baptiste,vierge marie,saint luc,christ,jésus,saint augustinBenoît XVI en ce deuxième dimanche de l’Avent, nous a parlé dans sa catéchèse pour l’Angelus de midi Place Saint Pierre d’une figure qui prépare à la venue de Jésus, Saint Jean Baptiste. Vendredi il nous parlé de Marie, en la solennité de l’Immaculée Conception. Ce Dimanche donc, Jean le Baptiste.


Thomas Chabolle (Radio Vaticna) : >>  

Le Pape est parti de Saint Luc, pour nous parler de la figure de Jean Baptiste, car elle apparaît différemment chez lui, par rapport aux autres évangélistes. S’il est considéré chez les autres comme un précurseur de Jésus, Saint Luc, lui, place bien avant la connexion entre les deux hommes et leur missions respectives. Dès la conception et la naissance, nous dit Luc, Jésus et Jean le Baptiste sont mis en rapport entre eux. Ce qui nous aide à comprendre qu’il est non seulement de dernier des prophètes, mais qu’il prépare les hommes au culte spirituel de la Nouvelle Alliance inaugurée par Jésus. Saint Jean Baptiste a dès lors un rôle important, mais toujours en fonction du Christ. Saint Augustin nous dit ainsi : Jean est la voix. Et du Christ il nous dit : « Au commencement était le Verbe ». Jean est la voix qui passe, le Christ est le Verbe éternel qui était dès le commencement. Si à la voix on enlève la parole, que reste-t-il ?s’interroge le Pape. Avant de répondre : Juste un vague son. La voix sans la parole frappe l’oreille, mais n’édifie pas le cœur. Il nous est donc demander aujourd’hui d’écouter cette voix pour faire de la place et accueillir dans nos cœurs Jésus, la Parole qui sauve. En ce Temps de l’Avent, déclarait encore le Pape, préparons-nous à voir avec les yeux de la foi le Salut de Dieu dans l’humble Grotte de Bethléem. Dans notre société de consommation, où nous sommes tentés de chercher la joie dans les choses, Jean le Baptiste nous enseigne à vivre de manière essentielle, afin que ce Noël soit vécu non seulement comme une fête extérieure, mais comme la fête du Fils de Dieu qui est venu porter aux hommes la paix, la vie et la vraie joie.

Benoît XVI n’a pas manqué, comme à son habitude, de s’adresser aux pèlerins francophones, eur lançant un appel en faveur des immigrés. Ecoutons-le : >>  

Chers pèlerins francophones, l’Avent nous invite à aller à la rencontre du Seigneur, et donc à nous mettre en route. Cette réalité est bien familière aux personnes obligées de quitter leur région, pour différentes raisons, dont les guerres ou la pauvreté. Les migrants connaissent la précarité et rencontrent souvent peu de compréhension. Puissent-ils être accueillis et avoir une existence digne ! En ce temps préparatoire à Noël, qu’une solidarité fraternelle et joyeuse vienne en aide à leurs besoins et soutienne leur espérance ! N’oublions pas que tout chrétien est en route vers sa vraie patrie : le ciel. Le Christ est le seul chemin ! Que la Vierge Marie qui a connu les voyages et l’exil accompagne notre marche ! Bon dimanche à tous !

Les commentaires sont fermés.