15/12/2012

Le Père Lombardi déplore une certaine lecture du Message du Pape pour la Journée Mondiale de la Paix

1_0_647833.jpegLe Message du Pape pour la Journée Mondiale de la Paix, « un document important et très riche », a été présenté « par beaucoup de médias italiens de manière tout à fait partielle et biaisée ». Le Directeur de la Salle de Presse du Saint-Siège le déclare samedi, en soulignant « le vaste écho qu’a eu dans le monde entier le Message du Pape pour cette Journée Mondiale de la Paix publié vendredi ». En général, en effet, « les médias internationaux ont souligné surtout l’appel de Benoît XVI à changer le modèle économique, parce que le modèle actuel, dominé par le capitalisme financier, attaque les droits sociaux en créant un fossé de plus en plus profond entre les riches et les pauvres ». 


Pour le Père Lombardi, « en Italie, par contre, on a lu un autre Message ». « Ce message, rappelle le Directeur de la Salle de presse du Saint-Siège, dit des choses urgentes et fondamentales pour l’humanité d’aujourd’hui, qui ne peuvent être occultées par le seul fait qu’il demande aussi de s’opposer à une équivalence juridique entre le mariage d’un homme et d’une femme et des « formes radicalement différentes d’union ». « Nous invitons tout le monde, déclare le Père Lombardi, à lire de manière complète et objective le document ». 


Le passage sur le mariage a été sorti de son contexte

Selon lui, « un bref passage » a été sorti de son contexte « qui revient sur la vision du mariage entre un homme et une femme, comme profondément différent de formes radicalement autres d’union et qui affirme que ce principe est identifiable par la raison humaine, et qu’avec d’autres principes essentiels d’une correcte vision de la personne et de la société, surtout la défense de la vie, il doit être défendu si l’on veut construire la paix sur des bases solides et chercher avec intelligence le bien de la société humaine ». 


« Comme on le sait, observe le Père Lombardi, c’est la vision que l’Eglise inlassablement rappelle à une époque où cette vision est continuellement attaquée dans de nombreux pays ». Et comment donc « s’étonner que ce Message réitère cette position connue et de toute manière respectueuse de tous ». Pour le Père Lombardi, « la réaction est donc déplacée et disproportionnée, faite de hurlements plus que de raisonnements, comme si l’on voulait intimider celui que veut défendre librement une telle vision dans l’arène publique ». « Une réaction, déplore le Père Lombardi, qui vient occulter les nombreux aspects du Message du Pape, qui est d’une extraordinaire actualité et force, et qui mériteraient qu’on les médite avec grande attention, des réflexions sur lesquelles il est juste de ramener l’attention ».


Il faut réfléchir sur l'appel du Pape à un nouvel ordre économique, social et politique

« A une époque de croissance du chômage, l’affirmation nette de la part du Pape du droit au travail comme un droit essentiel pour la dignité de la personne résonne comme un cri d’alarme, qui réclame une réflexion beaucoup plus profonde et décidée sur la transformation « des modèles de développement » qui ont porté à la situation que nous vivons, marquée par l’absence des principes de fraternité, solidarité, gratuité qui doivent garantir la dimension vraiment humaine de l’ordre économique, social, politique ». « Et le Pape, conclut le Père Lombardi, rappelle aussi avec force que le problème de la crise alimentaire est bien plus grave que celui de la crise financière : la faim continue à sévir dans le monde et nous l’oublions trop facilement : trop de personnes meurent de faim ».

2012-12-15 Radio Vatican 

Les commentaires sont fermés.