17/06/2008

Réfléchir sur la désertification

 

"Il aime la nuit et Jésus Christ nous aime,

nous qui étions dans les ténèbres." 

http://www.parl.gc.ca/information/about/education/CanSymbols/images/fullsize/owl.jpg
 
 
"Si l’homme de demain reste celui d’aujourd’hui, c’est-à-dire un être atrophié (dans l’esprit), mutilé (dans son esprit et sa conscience), incapable de dominer (et de comprendre) les réalités nouvelles qu’il a lui même introduit dans le cycle de la nature, alors aucun progrès scientifique ne vaut: l’homme est perdu".

[Extrait d’un texte d’Aurelio Peccei, dirigeant industriel, ami de l’Amérique latine et du Sud du monde, fondateur du Club de Rome en 1968 et théoricien des limites du développement, Le centenaire de sa naissance, célébré cette année, a été évoqué par le président italien Giorgio Napolitano. Cette phrase est extraite des “Leçons pour le XXIème siècle” et en 1998 elle était placée au début d’un “Rapport aux trois pouvoirs de l’état sur la gravité de la dégradation du territoire national et la désertification dans la zone méditerranéenne.]
 
(MISNA)

17:15 Écrit par Père Walter dans La pensée du jour | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : societe, environnement | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook | | | | Pin it! |