27/11/2009

Matteo Ricci: éloges chinois

ASIE/CHINE - La Xin Hua, agence officielle de l’état chinois, dédie une longue partie au P. Matteo Ricci, le définissant comme “un modèle de l’intégration de la civilisation européenne et chinoise”

 

http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/3/33/Matteo_Ricci.jpeg


Pékin (Agence Fides) – Le 11 mai 2010 sera fêté le 400ème anniversaire de la mort du P. Matteo Ricci, le grand missionnaire jésuite italien (1552-1610) qui, avec son zèle extraordinaire pour la mission, uni au talent scientifique, humaniste et culturel, a évangélisé l’empire chinois.

En vue de cet important anniversaire, au-delà du monde catholique chinois, les mass médias de l’état et populaires de la Chine rappellent dans un climat amical ce grand sage occidental.

L’Agence Officielle de l’État Chinois “Xin Hua”, Nouvelle Chine, le 23 novembre, lui a dédié un long article intitulé “Modèle d’intégration de la civilisation européenne et chinoise” qui a été reporté sur de nombreux sites parmi les plus visités, du gouvernement et populaires, comme le site Counsellor’s Office of the State Council, The China Internet Information Center,… et tant d’autres. L’article retrace la figure du P. Matteo Ricci en utilisant des expressions bien connues : “Pont entre l’Pont entre l’occident et l’orient”, “grand sage de l’occident”, “promoteur/modèle de l’échange entre occident et orient”.

On y lit aussi une biographie détaillée, sa vit, sa mission, sa contribution culturelle, scientifique, sociale et religieuse, en citant surtout la lettre du Saint Père Benoît XVI à Mgr Claudio Giuliodori, Évêque de Macerata-Tolentino-Recanati-Cingoli-Treia, à l’occasion de l’ouverture des célébrations pour les 400 ans de la mort du missionnaire.

En quatre parties – introduction, étude de la culture chinoise, deux voyages à Pékin, la route de l’intégration entre les différentes cultures et sciences – l’auteur de l’article analyse les différents facteurs qui sont la source de sa notoriété et qui en ont fait une figure très importante et très aimée aujourd’hui encore, estimé par tous les chinois, catholiques ou non. Enfin le P. Matteo Ricci est défini comme “le pionnier de la recherche d’une base commune de dialogue interreligieux et de l’échange scientifico-culturel. Avec son extraordinaire talent culturel et théologique qui dépasse le temps, il a indiqué une voie alternative de l’intégration entre la culture et la science pour tous”.

(Agence Fides 26/11/2009)