20/01/2010

Haïti - "Ne pas s'arrêter de penser"

 

"Pour affronter l’horreur, il ne faut pas s’arrêter de penser. L’autre danger qui menace Haïti est de croire et de faire croire que la communauté internationale puisse trouver les solutions à la place des Haïtiens. Qu’on nous comprenne bien. Il existe de la solidarité internationale, mais parfois les catastrophes naturelles sont l’occasion d’effets d’annonce. Dans les périodes de crise financière internationale, les promesses risquent de ne pas se matérialiser ou encore l’aide réelle ne dure que le temps de la couverture médiatique de l’événement. Pour ceux qui rêvent, qu’ils se rappellent qu’aux États-Unis d’Amérique, le pays le plus développé du monde, après le passage de l’ouragan Katrina, non seulement, les pauvres de la Nouvelle Orléans ont tout perdu, mais de plus aucune reconstruction sérieuse des digues n’a été entreprise par le US Army Corps of Engineers. Les Haïtiens ne peuvent vraiment compter que sur leurs propres forces, sur celles de leurs frères et sœurs vivant en diaspora. Car une fois passé le moment d’urgence, la communauté internationale aura d’autres chats à fouetter. L’extrême-droite républicaine américaine veille au grain et a déjà commencé à attaquer le président Obama pour ses promesses d’aide à Haïti".



(Extrait d'un article de l'économiste Leslie Jean-Robert Péan, publié par le site d'information haïtien Alterpress.)

17:20 Écrit par Père Walter dans Actualité | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : haiti, leslie jean-robert pean, alterpress, seisme, tremblement de terre, president obama, ouragan katrina | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook | | | | Pin it! |