06/09/2012

Dans l’Evangile se trouvent les instruments pour combattre la crise

205q06b.jpegNicosie, 6 septembre.  « L’Europe  est  le lieu d’origine du christianisme et ne doit pas perdre ce grand don » : c’est ce qu’a souligné le cardinal Angelo Bagnasco, président de la Conférence épiscopale italienne et vice-président du Conseil des conférences épiscopales d’Europe (Ccee) lors de la journée de clôture des travaux de la rencontre sur la cohésion sociale en Europe. La rencontre a été organisée à Nicosie (Chypre) par la « Commission  Caritas in veritate » du Ccee. L’Eglise – a dit le cardinal –   est porteuse d’un grand message en ce qui concerne la question sociale et la société, grâce à la doctrine sociale de l’Eglise, qui est le compendium  des implications au niveau culturel, social, économique et politique, mais surtout anthropologique, du mystère du Christ et de l’Evangile ». Les Eglises catholiques européennes, a-t-il poursuivi, « ressentent profondément la mission de se mettre au service de l’évangélisation, sachant que dans l’Evangile se trouve l’élévation de tout l’homme et, donc, de la société ». Au cours de la rencontre, les évêques européens ont souligné que sur le continent manque une vision anthropologique et sociale axée sur la solidarité et la subsidiarité. Les politiques sociales ne peuvent pas se fonder sur de simples critères de rendement, qui mettent à dure épreuve la cohésion sociale du vieux continent.