20/08/2009

Benoît XVI souhaite une meilleure formation dans les séminaires

Dans le cadre de l’année sacerdotale, Benoît XVI a proposé, ce mercredi, un nouvel exemple de sainteté aux prêtres du monde entier. Celui de Saint Jean Eudes, le saint de la dévotion aux Sacrés Cœurs de Jésus et Marie, qui a vécu à l'époque de la Contreréforme.

 

http://www.larochedutheil35.cef.fr/14%20histoire/jean_eudes_800.jpg

 

Pendant le mois d’août, les rencontres du Pape avec les fidèles se déroulent au Palais apostolique de Castelgandolfo. Ce mercredi Benoît XVI a établi un parallèle entre l’époque actuelle et la période qui a suivi le concile de Trente

Comme alors, on constate aujourd’hui l'urgence d’améliorer la formation des séminaristes afin que les futurs prêtres témoignent par leur vie de la miséricorde de Dieu. Quelque 3.000 personnes avaient pris le chemin de Castelgandolfo pour entendre le Pape. Le Concile de Trente – leur a-t-il expliqué – avait promulgué des normes pour la création de séminaires, parce que la crise de la Réforme était aussi une crise du sacerdoce, de la formation des prêtres, de ses insuffisances tant au niveau intellectuel que spirituel. Mais puisque l’application de ces règles se faisait attendre, notamment en France et en Allemagne, et alors que la guerre de 30 ans dévastait les âmes, Saint Jean Eudes fonda une congrégation religieuse destinée à la formation du clergé diocésain. Bref aujourd’hui comme alors la nouvelle évangélisation doit commencer dans les séminaires. C’est là – a estimé Benoît XVI – que se situe le point de départ authentique d’une nouvelle évangélisation qui ne se réduise pas à un slogan séduisant

Les pélerins venus de l'étranger étaient nombreux. Comme chaque semaine, le Pape s'est également exprimé en Français.


Cliquer ici pour écouter sur Radio Vatican: >>