15/05/2010

Pape: 'Nous n'imposons rien, mais nous proposons toujours'

Au dernier jour de son voyage au Portugal, Benoît XVI a célébré une messe à Porto, sur l’avenue des alliés au cœur de la ville, en présence, une fois encore, de centaines de milliers de fidèles.

 

porto1


Porto qui avait revêtu des habits de fête. Le pape avait atterri en hélicoptère militaire près de Porto, avant de traverser le fleuve Douro en papamobile soulevant les acclamations d’une foule enthousiaste et exubérante, agitant des milliers de fanions multicolores et lançant des pétales de fleurs sur son véhicule. Des étendards accrochés aux fenêtres, des affiches dans les vitrines des magasins et des posters géants lui souhaitaient la bienvenue.

 

 

porto5

 

Les fidèles étaient venus des régions du Nord du Portugal et d’Espagne. Dans son message, le pape a rappelé ce qu'il a énoncé tout au long de son périple : "soyez des témoins de la résurrection de Jésus, comme Saint Mathias".

 

 

porto3

 

Compte rendu de notre envoyé spécial au Portugal Xavier Sartre (Radio Vatican): >>

 

 

porto4

 

Dans son homélie, après avoir évoqué la solitude de Jésus, à l’image de la minorité chrétienne dans une société toujours plus sécularisée, Benoît XVI a insisté sur le rôle missionnaire des chrétiens dans le monde, en les invitant à aller à la rencontre des autres. Nous n’imposons rien, a-t-il dit, mais nous proposons toujours. Si vous, vous n’êtes pas ses témoins dans votre milieu de vie, qui le sera à votre place. Par expérience personnelle et communautaire, nous savons bien que c’est Jésus, celui que tous attendent, même ceux qui font mine de ne pas le demander. Nous devons vaincre la tentation de nous limiter à ce que nous avons : ce serait à terme une mort, quant à la présence de l’Église dans le monde. Le Pape a cité le décret conciliaire sur la mission Ad gentes aujourd'hui, le champ de la mission ne peut être défini seulement sur la base de considérations géographiques. Au cours de ces dernières années, le cadre anthropologique, culturel, social et religieux de l’humanité a changé : aujourd’hui l’Église est appelée à affronter de nouveaux défis et elle est disposée à dialoguer avec les diverses cultures et les religions, cherchant à construire avec toute personne de bonne volonté la cohabitation pacifique des peuples. Benoît XVI a enfin regretté que l'annonce du Christ soit parfois mise de côté. Que de temps perdu, a-t-il lancé, que de travail renvoyé à plus tard sur ce point par inadvertance !