04/11/2009

Audience générale : une controverse théologique exemplaire


audience

Lors de l’audience générale de ce mercredi 4 novembre, le Pape a abordé les controverses théologiques célèbres entre Saint Bernard de Clairvaux et Abélard au XIIe siècle. Il a souligné « la nécessité d’une discussion théologique saine dans l’Église surtout quand les questions débattues n’ont pas été définies par le Magistère ».

 

audience1


Le Pape a rappelé que la controverse se termina par une « pleine réconciliation» entre les deux théologiens : en chacun d’eux « prévalait ce que l’on doit vraiment garder présent quand naît une controverse théologique, c’est-à-dire sauvegarder la foi de l’Église et faire triompher la vérité dans la charité. Puisse cela être encore aujourd’hui l’attitude avec laquelle on s’oppose dans l’Église, en ayant toujours comme but la recherche de la vérité ».

Écoutez sur Radio Vatican le résumé de la catéchèse et les paroles que Benoît XVI a adressés aux pèlerins de langue française: >>

 

audience2

 

Résumé de la catéchèse en langue française

     Chers Frères et Sœurs,

     Entre la théologie monastique et la théologie scolastique dont nous avons parlé dans la dernière catéchèse, un grand débat a vu le jour, représenté symboliquement par la controverse entre saint Bernard et Abélard. En effet, la théologie est la recherche d’une compréhension rationnelle des mystères de la Révélation, crus dans la foi. Pour reprendre une définition traditionnelle, c’est la foi qui cherche l’intelligibilité. Saint Bernard mettait l’accent sur la première partie de cette définition : la foi, et Abélard sur la seconde : la compréhension au moyen de la raison. Pour Bernard la théologie a un unique but : celui de promouvoir l’expérience vivante et intime de Dieu. Dès lors, il contesta la méthode trop intellectuelle d’Abélard qui, à ses yeux, réduisait la foi à une simple opinion détachée de la vérité révélée. Finalement, cette confrontation théologique se conclut par une pleine réconciliation entre les deux théologiens, grâce à la médiation d’un ami commun, Pierre le Vénérable. Ce débat montre l’utilité et la nécessité d’une saine discussion théologique dans l’Église, surtout quand les questions débattues n’ont pas été définies par le Magistère, qui demeure un point de référence incontournable.


* * *


audience3



     Je suis heureux de saluer les pèlerins de langue française, venant notamment de France, de Suisse et de Belgique. Que votre pèlerinage à Rome soit une occasion pour approfondir votre foi afin de donner une place centrale à la personne du Christ dans votre vie. Avec ma Bénédiction apostolique !